Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street finit en ordre dispersé sur des prises de bénéfice

Wall street : Wall street finit en ordre dispersé sur des prises de bénéfice

Wall street : wall street finit en ordre dispersé sur des prises de bénéficeWall street : wall street finit en ordre dispersé sur des prises de bénéfice

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a d'abord réagi avec enthousiasme à la dernière statistique de l'emploi aux Etats-Unis, qui a révélé une nette et inattendue baisse du taux de chômage, mais l'approche de la "saison" des résultats de sociétés suscite quelques soucis qui ont motivé des prises de bénéfice en fin d'après-midi et amené les indices à finir en ordre dispersé vendredi.

Le chômage a chuté de manière inattendue en septembre aux Etats-Unis, revenant à son niveau d'il y a presque quatre ans, une excellente nouvelle pour le président Barack Obama qui y a vu "un rappel que ce pays est allé trop loin pour faire demi-tour maintenant", à un mois de l'élection présidentielle.

L'indice Dow Jones gagne 34,79 points (0,26%) à 13.610,15, après avoir inscrit en séance un pic de près de cinq ans de 13.661,87. Le S&P-500 cède 0,47 point (0,03%) à 1.460,93. Le Nasdaq Composite perd 13,27 points (0,42%) à 3.136,19. Sur l'ensemble de la semaine le Dow gagne 1,3%, le S&P-500 1,4% et le Nasdaq 0,6%.

Le S&P-500 a gagné près de 17% depuis le début de l'année et reste bien parti pour sa meilleure performance annuelle depuis 2009, époque d'un rebond boursier après la crise financière amorcée l'année précédente.

Le rétrogradage dans la dernière partie de la séance laisse penser que la Bourse aura toutefois du mal à faire de nouveaux progrès avec les résultats de sociétés qui commenceront à tomber la semaine prochaine, l'aluminier Alcoa ouvrant le bal comme à l'habitude.

La prévision est d'une baisse de plus de 2% des bénéfices des sociétés du S&P-500, selon des données de Thomson Reuters. Ce serait la première depuis 2009.

Mais il se peut aussi que la Bourse, qui a largement bénéficié ces derniers temps des espoirs que les banques centrales concrétisent leurs engagements à soutenir la croissance, se retrouve en situation d'être surachetée.

"Il y a un élément négatif, c'est la vitesse avec laquelle le marché va devenir suracheté; ça peut poser problème", dit Ralph Edwards (ITG). "Le marché n'a jamais connu de journée vraiment pénible depuis les sommets atteints le 14 septembre".

Pour encourageante que soit cette statistique de l'emploi, la situation de l'embauche est loin d'être revenue à ses meilleurs niveaux, ce qui, en revanche, permet de ne pas écarter l'hypothèse d'un nouveau coup de pouce à la croissance de la part de la Réserve fédérale.

Aux valeurs, c'est une fois encore l'internet qui a entretenu la chronique. L'action Zynga a décroché de 12%, le concepteur de jeux vidéo pour réseaux sociaux ayant sabré ses prévisions de 2012 pour la deuxième fois.

Facebook, dont plus du dixième du chiffre d'affaires est dérivé des commissions versées par Zynga, a reculé de 4,7%.

Aux valeurs toujours, Sprint Nextel a gagné 2,2%. L'opérateur télécoms réfléchit à l'éventualité de lancer une contre-offre sur MetroPCS, qui vient d'accepter, mercredi, de fusionner avec T-Mobile USA, filiale de Deutsche Telekom, selon une source proche du dossier.

MetroPCS a cédé 0,3%.

Edward Krudy et Caroline Valetkevitch, Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...