Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street finit en ordre dispersé, le dow jones cède 0,35%

Wall street : Wall street finit en ordre dispersé, le dow jones cède 0,35%

Wall street : wall street finit en ordre dispersé, le dow jones cède 0,35%Wall street : wall street finit en ordre dispersé, le dow jones cède 0,35%

NEW YORK (Reuters) - Les marchés d'actions ont fini en baisse jeudi à Wall Street, après trois séances de hausse, réagissant aux résultats décevants de la banque JP Morgan et aux statistiques venues de Chine, qui font craindre un ralentissement de l'économie mondiale.

L'indice Dow Jones a terminé en baisse de 0,35%, soit 40,72 points, à 11.478,13 tandis que le S&P-500 cédait 0,3%, ou 3,59 points, à 1.203,66.

Le Nasdaq a pour sa part progressé de 0,6%, (15,51 points) à 2.620,24.

Selon des données officielles publiées jeudi, l'excédent commercial chinois a diminué en septembre pour le deuxième mois consécutif, reflétant les faiblesses de l'économie mondiale et le ralentissement en Chine elle-même.

Par ailleurs, la banque JPMorgan Chase a fait état d'une baisse de 25% de son bénéfice net trimestriel, hors effet comptable, la crise de la dette européenne s'étant traduite par un brutal ralentissement de l'activité de la division banque d'investissement.

Le titre a chuté de 4,82% à 31,60 dollars, faisant moins bien que l'indice bancaire KBW (-2,93%).

"Il est encore tôt, mais il semble qu'après avoir reçu une série de très bons résultats d'entreprise malgré des indicateurs macro pas très brillants, nous allons peut-être voir désormais des résultats d'entreprise un peu moins solides", a commenté Eric Kuby, directeur des investissements du fonds North Star à Chicago.

A la clôture des marchés, le moteur de recherche Google a cependant annoncé des résultats supérieurs aux attentes au titre du troisième trimestre.

Le titre, qui avait clôturé en hausse de 1,91% à 558,99 dollars, s'est fortement apprécié en après-Bourse.

L'indice S&P, en hausse lors de six des sept dernières séances, a gagné 11,4% par rapport au plus bas de séance touché mardi dernier. L'espoir que les dirigeants européens prenaient à bras le corps la crise de la zone euro lui a permis de connaître sa meilleure série de sept séances depuis mars 2009.

"Nous avons connu une belle remontée depuis le plus bas, mais nous ne pouvons pas monter éternellement sans que rien de précis ne vienne d'Europe. Nous avons été soutenus par l'espoir plutôt que par des éléments tangibles", a constaté Mark Luschini, analyste chez Janey Montgomery Scott à Philadelphie.

Caroline Valetkevitch et Edward Krudy, Gregory Schwartz pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...