Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street finit en net repli, inquiète pour l'économie

Wall street : Wall street finit en net repli, inquiète pour l'économie

Wall street : wall street finit en net repli, inquiète pour l'économieWall street : wall street finit en net repli, inquiète pour l'économie

NEW YORK (Reuters) - Les valeurs américaines ont fini en nette baisse mardi, les investisseurs s'interrogeant sur la croissance économique aux Etats-Unis et craignant de voir le pays perdre sa note triple A malgré le vote au Congrès du compromis sur le relèvement du plafond de la dette.

L'indice Dow Jones a cédé 2,19%, soit 265,87 points, à 11.866,62 points. Le Standard & Poor's 500, plus large, a perdu 2,56% ou 32,89 points, à 1.254,05 points, et le Nasdaq Composite 2,75% ou 75,37 points, à 2.669,24 points.

L'indice S&P, la référence des gérants de fonds, a accusé sa septième séance de baisse d'affilée, tombant sous sa moyenne mobile à 200 jours, un mauvais présage pour les marchés. Il s'agit de la plus longue baisse de l'indice S&P depuis octobre 2008, au plus fort de la crise financière.

Les investisseurs se demandent si le compromis budgétaire voté par le Congrès réduit suffisamment le déficit et s'inquiètent des derniers indicateurs économiques.

Barack Obama a signé mardi le texte sur le relèvement du plafond de la dette des Etats-Unis, adopté peu auparavant par le Sénat, qui évite au pays de se retrouver en défaut de paiement. Le président a cependant ajouté que d'autres mesures seraient nécessaires pour relancer l'économie américaine.

Peu après le vote, l'agence Fitch Ratings a toutefois déclaré que l'accord permettant de relever la capacité d'endettement des Etats-Unis impliquait un risque de défaut "extrêmement faible" et était compatible avec une note triple "A", la meilleure possible.

"Je me serais attendu à un rebond de soulagement boursier peu après le passage au Sénat. Cela ne s'est pas produit", commente Fred Dickson, spécialiste des marchés chez Davidson. "Les investisseurs sont passés de Washington à ce que j'appelle les réalités économiques."

Le département du Commerce a publié mardi une nouvelle statistique susceptible de conforter l'hypothèse d'un ralentissement de la croissance américaine. Les dépenses de consommation des ménages américains ont reculé contre toute attente de 0,2% en juin, enregistrant leur première contraction depuis septembre 2009.

Cette mauvaise nouvelle succède au tassement inattendu de l'activité manufacturière américaine, qui d'après l'indice ISM publié lundi a atteint en juillet son rythme le plus faible en deux ans.

Hyatt Hotels a perdu près de 6% à 36,44 dollars. Le groupe hôtelier a fait état d'un bénéfice pour le deuxième trimestre meilleur que prévu, mais les données sur la baisse des dépenses de consommation ont pesé sur le titre.

Du côté des valeurs, Pfizer a perdu 4,6% à 18,14 dollars. Le numéro un mondial de la pharmacie a annoncé une baisse de ses ventes de médicaments sur ordonnance.

Les volumes d'échanges ont été nourris : 9,5 milliards d'actions ont changé de mains à la Bourse de New York, sur l'Amex et sur le Nasdaq, alors que la moyenne pour cette année est de 7,5 milliards d'actions.

Danielle Rouquié pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...