Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Wall Street finit en hausse une séance à nouveau instable

Wall Street : Wall Street finit en hausse une séance à nouveau instable

Wall Street : Wall Street finit en hausse une séance à nouveau instableWall Street : Wall Street finit en hausse une séance à nouveau instable

par Tanya Agrawal et Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a bouclé la première séance de la semaine en hausse modérée, récupérant, grâce notamment aux financières, une partie des pertes subies la semaine passée après que la Réserve fédérale eut observé le statu quo sur ses taux directeurs.

Les gains de lundi, obtenus au terme d'une séance qui une fois de plus fut heurtée, ont toutefois été amoindris par le décrochage des valeurs biotech, dont l'indice sectoriel a été le seul a finir dans le rouge, cédant 1,38%. Ces valeurs ont pesé sur le Nasdaq, qui s'est retourné à la baisse dans l'après-midi avant de finir in extremis dans le vert.

L'indice des biotechs du Nasdaq a perdu 4,41%. L'indice sectoriel des financières de l'indice S&P a lui gagné 1,07%, plus fort gain de la journée.

L'indice Dow Jones a gagné 125,61 points (0,77%) à 16.510,19 points. Le S&P-500, plus large, a pris 8,94 points (0,46%) à 1.966,97. Le Nasdaq Composite est stable, avançant de 1,73 point (0,04%) à 4.828,96.

Les biotechs ont pâti d'un "tweet" d'Hillary Clinton, candidate démocrate aux présidentielles, qui s'insurge contre les "prix abusifs" des médicaments spécialisés, citant pour cela un article du New York Times, et compte y remédier.

L'article du New York Times dresse la liste de certains médicaments dont les prix ont monté en flèche, à cause d'une pénurie dans certains cas. Mais cette flambée est également parfois due à une stratégie commerciale qui consiste à racheter de vieux médicaments et à les transformer en traitements spécialisés dispendieux.

Les propos tenus jeudi par la banque centrale sur l'économie mondiale n'avaient fait qu'exacerber les craintes écloses face au ralentissement de l'économie chinoise et qui avaient déjà provoqué quelques émois sur les places boursières mondiales.

C'est pourquoi le marché suivra avec attention les déclarations d'un certain nombre de responsables de la Fed, dont la présidente Janet Yellen, cette semaine.

Certains investisseurs signalent cependant que l'anémie économique mondiale n'affecte pas, au moins pour l'instant, les Etats-Unis. "L'incertitude, c'est l'économie mondiale et non l'économie américaine", dit ainsi Brad McMillan (Commonwealth Financial). "Pour ce qui est de l'économie intérieure, des taux qui restent bas sont une bonne nouvelle".

La prochaine réunion de la Fed aura lieu les 27 et 28 octobre mais un nombre croissant d'économistes doutent même que la banque centrale relève ses taux cette année. Toutefois, le président de la Fed de Saint-Louis James Bullard, opposé au statu quo décidé jeudi dernier, a dit lundi qu'il serait plus que jamais avisé de remonter les taux, peut-être dès octobre.

Dennis Lockhart, son homologue de la Fed d'Atlanta, a déclaré lui que le statu quo de la Fed était largement un exercice de "gestion du risque" destiné à s'assurer que la volatilité des marchés ne finirait pas par peser sur l'économie américaine.

Aux valeurs, Atmel a bondi de 12,65%. Le fondeur a annoncé dimanche se vendre à l'allemand Dialog Semiconductor pour 4,6 milliards de dollars.

Go Pro a reculé de 8,2%. Barron's rapporte que l'action du fabricant de caméras miniatures pourrait plonger à 25 dollars, les investisseurs étant quelque peu "nerveux" quant à sa capacité à surmonter la concurrence d'Apple qui équipe ses iPhones de caméras encore plus performantes.

Dans le compartiment des biotechs, Immunogen a lâché près de 16%, Gilead Sciences a laissé 2,5% et Biogen a abandonné 5,56%.

Apple a avancé de 1,55%. Le Wall Street Journal écrit que le groupe californien a la ferme intention de construire une voiture électrique ayant en vue un lancement en 2019.

On dénombre 1.827 hausses contre 1.216 baisses sur le Nyse et 1.308 hausses pour 1.492 baisses sur le Nasdaq. Le volume est de l'ordre de 6,5 milliards de titres échangés, bien en deçà de la moyenne quotidienne de 8,3 milliards des 20 dernières séances, selon des données de Thomson Reuters.

Sur le marché des changes, le dollar a gagné plus de 1% face à un panier de devises, les cambistes continuant de tabler sur une hausse des taux américains cette année, alors qu'au contraire la Banque centrale européenne (BCE) pourrait encore assouplis sa politique monétaire.

La parité euro/dollar est toutefois stable.

Les Treasuries ont vu leurs rendements monter, en réaction aux dernières déclarations de responsables de la Fed laissant présager quoi qu'il en soit une hausse des taux cette année, et en prévision de l'offre de papier de cette semaine.

Le Trésor américain adjugera pour 90 milliards de dollars de titres cette semaine, dont 26 milliards de notes à deux ans. En outre, des sociétés américaines emprunteront de 25 à 30 milliards de dollars durant cette même semaine, selon IFR, une filiale de Thomson Reuters.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...