Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Wall Street finit en baisse, tensions sur le budget

Wall Street : Wall Street finit en baisse, tensions sur le budget

Wall Street : Le Dow Jones perd 0,74%, le Nasdaq cède 0,33%Wall Street : Le Dow Jones perd 0,74%, le Nasdaq cède 0,33%

par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse mercredi, réagissant ainsi à la tournure aigre qu'ont prise les discussions visant à ce que les Etats-Unis évitent le "mur budgétaire", même si personne, au vu de l'ampleur modérée du repli, ne semble remettre en cause l'hypothèse qu'un accord sera trouvé in extremis.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé, 0,74%, soit 98,99 points, à 13.251,97 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 10,98 points, soit 0,76%, à 1.435,81 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 10,17 points (-0,33%) à 3.044,36 points.

Lundi et mardi, porté par un optimisme renouvelé sur l'issue des discussions budgétaires, le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, avait connu sa meilleure performance sur deux jours en un mois, avec un gain de 2,3%.

John Boehner, chef de file des républicains à la Chambre des représentants, a confirmé que son camp organiserait un vote sur son "plan B" visant à éviter le mur budgétaire et cela malgré la menace du veto brandie par le président Barack Obama.

Ce dernier s'est cependant également déclaré optimiste sur la possibilité de parvenir à un accord avec les républicains. Barack Obama a ajouté souhaiter qu'un accord intervienne d'ici Noël.

L'expression mur budgétaire ("fiscal cliff") recouvre la coïncidence, en début d'année prochaine, entre la fin des exonérations fiscales décidées sous George Bush et prolongées pour deux ans en 2010 et la mise en oeuvre de coupes automatiques dans les dépenses publiques prévues par l'accord de 2011 sur le relèvement du plafond de la dette.

Selon les estimations du Congressional Budget Office, l'organisme parlementaire bipartisan de contrôle des finances publiques, si aucun accord n'est trouvé, cette combinaison de hausses d'impôts et de baisse des dépenses estimée au total à 600 milliards de dollars pourrait faire replonger les Etats-Unis dans la récession.

"A mon avis, les deux camps sont proches d'un accord", a déclaré Uri Landesman, président du hedge fund Platinum Partners, ajoutant que si les intervenants de marché pensaient vraiment que les pourparlers n'allaient pas aboutir, le S&P serait déjà sous les 1.400 points.

L'indice de volatilité VIX, surnommé "indice de la peur", a néanmoins bondi de 11,50%, même si, au cours des derniers jours et semaines, il est resté relativement stable.

Contre la tendance, le titre General Motors a bondi de 6,63% à 27,18 dollars après que le constructeur automobile a annoncé son intention de racheter 200 millions de ses propres actions auprès du Tresor américain, lequel entend céder d'ici 15 mois le solde de sa participation dans le groupe sauvé de la faillite en 2009.

De son côté, l'action Oracle (+3,68% à 34,09 dollars) a permis au Nasdaq de limiter les dégats après que le numéro trois mondial de logiciels a annoncé mardi soir des résultats du deuxième trimestre légèrement supérieurs aux attentes à la faveur d'une bonne tenue des ventes de logiciels.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...