Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Wall Street en forte baisse, Apple et le dollar pèsent

Wall Street : Wall Street en forte baisse, Apple et le dollar pèsent

Wall Street : Wall Street en forte baisse, Apple et le dollar pèsentWall Street : Wall Street en forte baisse, Apple et le dollar pèsent

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en forte baisse jeudi sous la pression d'Apple lourdement sanctionné après les ratés de la mise à jour de son système d'exploitation iOS 8 et alors le dollar fort commence à susciter des inquiétudes.

L'indice Dow Jones a cédé 264,26 points, soit 1,54%, à 16.945,80 avec l'ensemble de ses 30 composantes dans le rouge.

Le Standard & Poor's 500, référence des gérants américains, a perdu 32,30 points ou 1,62% à 1.965,99, sa plus forte baisse depuis le mois de juillet qui le fait clôturer sous un important niveau de soutien et à quelque 2,3% de sa dernière clôture record.

Le Nasdaq Composite a lâché de son côté 88,47 points (1,94%) à 4.466,75.

Apple, en baisse de 3,81% à 97,87 dollars avec près de 100 millions de titres échangés, a plombé le S&P comme le Nasdaq 100 après avoir dû retirer la mise à jour de son nouveau système d'exploitation pour téléphones portables et tablettes, derniers déboires en date subis par le groupe depuis la présentation de l'iPhone 6 et l'iPhone 6 Plus au début du mois.

En deux séances, la firme à la pomme a vu partir en fumée quelque 25 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Les dix grands indices sectoriels S&P ont fini en repli, les technologiques (-2,28%) signant la plus mauvaise performance.

Le S&P lui-même a clôturé dix points sous le niveau des 1.976 correspondant à sa moyenne mobile à 50 jours, un support technique important sur lequel il avait pu rebondir lorsqu'il l'avait testé précédemment.

La vigueur du dollar commence par ailleurs à inquiéter certains investisseurs. Le billet vert s'est encore raffermi d'environ 0,2% sur la journée face à un panier de devises pour atteindre un plus haut de quatre ans, et sa progression de près de 7% depuis le début du trimestre n'a pas eu d'équivalent depuis six ans.

"On peut s'attendre à des répercussions sur les résultats des entreprises car c'est un mouvement comme on n'en voit pas souvent", commente Bill Stone, stratège chez PNC Wealth Management à Philadelphie.

Le dollar se traitait à 1,2745 pour un euro en fin de séance, en repli de 0,27% sur la journée, après avoir grimpé auparavant jusqu'à 1,26955 sur la plate-forme EBS, un pic depuis novembre 2012.

Pour John Schmitz, gérant chez Bahl & Gaynor à Cincinnati, "la hausse du dollar entraîne certes des ventes contraires pour les grandes entreprises mais la baisse des indices boursiers constitue une opportunité pour revenir sur le marché."

TRAVELPORT À BON PORT

Les indicateurs du jour n'ont pas apporté de soutien. Les commandes de biens durables ont chuté de 18,2% en août, un chiffre spectaculaire mais à peu près conforme aux attentes après leur bond de juillet, tandis que les inscriptions au chômage ont légèrement augmenté la semaine dernière.

La croissance de l'activité des services a quant à elle ralenti ce mois-ci pour revenir à son niveau le plus faible depuis mai, selon l'enquête PMI de Markit.

Le recul de Wall Street fait écho à la baisse des Bourses européennes, avec le CAC 40 qui a perdu 1,32% à Paris et l'EuroFirst 300 en repli de 0,92%, à son plus bas niveau depuis la fin août.

La vigueur du dollar, accentuée par l'élargissement du spread entre rendements américains et allemands à leur plus haut niveau depuis 15 ans, a pesé sur les cours du brut et les prix des autres matières premières, affectant par ricochet les valeurs du secteur de l'énergie comme ExxonMobil (-1,64%) ou Chevron (-1,41%).

Les conditions difficiles ont quelque peu éclipsé les débuts en Bourse de la société de réservation de voyages Travelport Worldwide, qui a pourtant fini sur un gain de 2,5% à 16,40 dollars après avoir, en séance, gagné jusqu'à 10,6%.

Le prix d'introduction de 16,00 dollars pour les 30 millions de titres mis en vente, à la limite supérieure de la fourchette indicative (14-16 dollars), a permis à la société contrôlée par Blackstone de lever quelque 480 millions de dollars.

(Chuck Mikolajczak et Ryan Vlastelica, Véronique Tison pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...