Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street compte sur les résultats pour oublier l'europe

Wall street : Wall street compte sur les résultats pour oublier l'europe

Wall street : wall street compte sur les résultats pour oublier l'europeWall street : wall street compte sur les résultats pour oublier l'europe

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Très liés à l'évolution de la crise de la dette souveraine de la zone euro, les marchés d'actions américains auront l'opportunité cette semaine de s'en affranchir à la faveur de la réouverture lundi de la saison des résultats aux Etats-Unis.

Sans surprise, c'est une nouvelle fois l'aluminier Alcoa qui en donnera le coup d'envoi lundi soir après la clôture et JP Morgan Chase embrayera en fin de semaine et donnera la pouls de la santé financière des grandes banques du pays.

"Je pense que nous allons nous en éloigner (de la réaction aux évolutions de la crise) et observer un retour aux fondamentaux américains", a commenté Fred Dickson de D.A. Davidson.

"Je pense que nous sommes dans une période de temporisation pour ces opérations de carry trade sur le dollar et que nous allons y rester pour un certain temps."

La corrélation entre les futures S&P 500 E-mini et l'euro, quasiment parallèle à l'automne, commence à diminuer. La moyenne mobile à 22 jours montre d'ailleurs qu'il n'existe presque plus de relation entre les deux tendances.

EMBELLIE

Si les résultats d'entreprise permettront d'évaluer l'impact de l'accentuation de la crise de la dette sur les résultats à l'étranger des grands groupes américains, ils donneront également des indices fiables sur la situation économique des Etats-Unis où les derniers indicateurs sont plutôt encourageants.

Dernière en date, la statistique de l'emploi aux Etats-Unis a confirmé l'embellie sur le marché du travail américain avec un taux de chômage en baisse à 8,5%, au plus bas depuis février 2009.

Selon des données Thomson Reuters, les résultats des entreprises cotées sur le S&P 500 devraient avoir progressé de 7,8% en moyenne d'un an sur l'autre. Cette estimation est en nette baisse par rapport à la hausse de 17,6% prévue le 1er juillet.

"Il faudra de bons résultats, solides pour faire sortir les trois indices de leur fourchette de fluctuation actuelle", a expliqué D.A. Davidson.

Le Dow Jones, le S&P 500 et le Nasdaq ont terminé la semaine dernière en hausse, soutenus par des indicateurs encourageants pour l'économie américaine qui ont partiellement occulté les doutes sur l'avenir de la zone euro.

La semaine prochaine, l'agenda des indicateurs comprend les ventes au détail et la confiance du consommateur.

Mais la réouverture de la saison des résultats ne fera pas oublier complètement ce qui se joue de l'autre côté de l'Atlantique et les investisseurs scruteront avec attention le résultat des adjudications en Espagne et en Italie qui passeront leur premier vrai test sur les marchés en cette nouvelle année.

En 2012, Rome devra rembourser 100 milliards d'euro en coupons et en obligations arrivant à maturité.

Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...