Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Wall Street bien orientée mais à la merci de l'Ukraine

Wall Street : Wall Street bien orientée mais à la merci de l'Ukraine

Wall Street : Wall Street bien orientée mais à la merci de l'UkraineWall Street : Wall Street bien orientée mais à la merci de l'Ukraine

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street devrait rester favorablement orientée lors de la semaine à venir à moins de nouveaux rebondissements dans la crise ukrainienne ou de mauvaise nouvelle sur le front des indicateurs économiques.

Les investisseurs continuent d'espérer que les récents indicateurs médiocres étaient dus aux intempéries de l'hiver, sans remettre en cause la tendance de fond de la reprise.

L'annonce par Janet Yellen, la nouvelle présidente de la Réserve fédérale, d'une possible hausse des taux d'intérêt dès le premier semestre 2015, en fonction de l'évolution de la situation économique, a aussi renforcé l'intérêt pour les statistiques.

Mais la Bourse restera à la merci d'une escalade des tensions en Ukraine, souligne Bucky Hellwig, vice-président de la société de gestion BB&T Wealth Management à Birmingham dans l'Alabama. "La tendance est meilleure qu'il y a un mois et restera favorable à moins d'événements mondiaux graves ou de statistiques économiques décevantes aux Etats-Unis ou à l'étranger", dit-il.

Le marché boursier a rebondi la semaine passée après son recul de plus de 2% la semaine précédente sur fond de crise ukrainienne et de ralentissement économique en Chine.

L'indice S&P-500 a atteint un nouveau record à 1.883,97 points pendant la séance de vendredi avant de finir en repli de 0,30% sous la pression de prises de bénéfice. En cinq séances, il a repris 1,4%, soit sa meilleure performance hebdomadaire depuis février, et il affiche une progression d'environ 1% depuis le début de l'année.

LES FINANCIÈRES EN VUE

Après le rattachement de la Crimée à la Russie, le président Vladimir Poutine a rassuré les Occidentaux en disant qu'il n'avait pas de vues sur d'autres parties de l'Ukraine, mais l'Otan a signalé dimanche un important déploiement militaire russe à la frontière orientale du pays et près de la Transnistrie, région séparatiste de Moldavie.

Même si les entreprises américaines sont peu exposées à la région, Wall Street reste vulnérable à une escalade des tensions qui limiterait l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués comme les actions.

Du côté des indicateurs, le marché prendra connaissance lundi de l'indice PMI manufacturier de Markit pour le mois de mars, suivi le lendemain des ventes de maisons neuves de février puis mercredi des commandes de biens durables du même mois.

Jeudi sera publié le chiffre définitif de la croissance au quatrième trimestre, attendue à 2,7%.

"On espère que le facteur météo va s'estomper et qu'à partir de là on va avoir des choses plus positives", remarque Cam Albright, responsable de l'allocation d'actifs chez Wilmington Trust Investment Advisors.

Les investisseurs surveillent aussi l'impact de la vague de froid sur les bénéfices des entreprises.

Coup sur coup mercredi, FedEx, le numéro deux mondial de la messagerie, et le groupe agroalimentaire General Mills ont publié des résultats inférieurs aux attentes et averti également sur leurs comptes du premier trimestre en raison de l'hiver rude.

Selon les données de Thomson Reuters, il y a eu à ce jour 108 entreprises du S&P-500 qui ont livré des perspectives négatives pour le trimestre en cours contre seulement 16 qui ont été positives. Ce ratio reste cependant inférieur à celui du quatrième trimestre, qui était le plus mauvais depuis le premier trimestre 1996.

Peu sensibles aux intempéries, les valeurs financières devraient quant à elles rester bien orientées après avoir progressé en réaction aux propos de Janet Yellen laissant entrevoir une hausse de taux au printemps 2015.

La Fed leur a en outre donné un coup de pouce supplémentaire en annonçant jeudi soir que 29 sur 30 avaient passé avec succès les tests de résistance qu'elle organise chaque année.

L'indice S&P du secteur a gagné 4,3% sur la semaine, une performance hebdomadaire sans précédent depuis janvier 2013.

Mercredi, la Fed se prononcera sur les plans des banques en matière de dividendes et de rachats d'actions. "Si les dividendes reçoivent le feu vert du régulateur, la dynamique des valeurs financières s'en trouvera renforcée", conclut Bucky Hellwig.

(Véronique Tison pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...