Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Wall street termine la journée au plus haut

Marché : Wall street termine la journée au plus haut

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street termine la journée au plus haut après une entame plus qu'hésitante: une fois les indices stabilisés à proximité des niveaux de clôture de la veille, c'est une jolie hausse algorithmique qui s'est enclenchée (progression irréversible au sein d'un canal haussier d'une régularité géométrique) avec le but évident de 'coller' aux performances des places européennes.

Le Dow Jones a refranchi les 12.000Pts (+1,76% à 12.044Pts) et le 'S&P' les 1.260Pts (gain de +1,88%). Le Nasdaq engrange +2,2% et renoue avec les 2.700Pts (à 0,05% près) dans le sillage de Netflix +10,7%, Qualcomm et Micron +7,5%, LSI et Nvidia +6,1%, Akamai +5,1%, AMD +5% (le groupe annonce le licenciement de 10% de ses effectifs), Autodesk +4,8%, E-Bay +4%. De gros écarts -symétriques- ont été observés sur Estee Lauder (+17,9%) et Abercromby & Fitch (-20%). Parmi les secteurs les plus en vue, les valeurs bancaires ont repris +2% en moyenne et les parapétrolières +2,5%. Starbucks qui annonce un profit de 0,37$ par titre (contre 0,36$ attendu) perdait 2% en transactions d'après bourse.

Compte tenu de la densité de l'actualité du jour et de la flambée de l'Eurostoxx50, les scores des indices US n'ont a priori rien de choquant... toute la communauté financière célèbre l'abandon du projet de référendum de Georges Papandreou ainsi que sa probable démission en cas d'échec dans sa tentative d'obtenir la confiance du Parlement grec demain.

Mais mieux vaut ne pas se poser la question de l'après Papandreou, ni se demander comment la Grèce parviendra à tenir ses engagements financiers (sans oublier un climat social littéralement explosif et qu'un referendum sur l'appartenance à la zone Euro pouvait peut être apaiser).

La baisse de 25Pts de base du taux directeur de la BCE semble également une bonne nouvelle... mais elle a été votée à l'unanimité des membres de la BCE face aux perspectives de récession en Europe au second semestre 2011 (et 2012 ne s'annonce pas brillant).

Par ailleurs, si le 'G-20' mobilise tous ses efforts pour éviter une contagion de la crise des dettes souveraines à l'Italie, le mot 'relance' est le grand absent des débats: l'austérité et la récession semblent faire partie de la fatalité des 4 ou 6 prochains trimestres.

Wall Street n'a guère pu s'appuyer sur les statistiques du jour pour justifier un gain de +2% des indices US car les derniers chiffres parus aux Etats Unis dans l'après-midi sont contradictoires.

Les opérateurs ont pu se rassurer avec un recul symbolique du chômage hebdomadaire puis une hausse suprise de +0,3% des commandes à l'industrie mais l'indice ISM des services aux Etats-Unis (Institute for Supply Management) recule à 52,9 le mois dernier, contre 53 en septembre alors que le consensus anticipait un indice proche de 54... on est assez loin du compte (et les commandes sont en net repli).

Mais l'optimisme a repris le dessus pour la seconde séance consécutive et les 3 principaux baromètres de Wall Street affichent désormais un score positif sur l'année 2011 (le 'S&P' grappille +0,3%, le 'Dow' +4%).

Mais les marchés US ne se réjouissent-ils pas de façon un peu prématurée, la situation est-elle plus favorable qu'elle ne l'était le 1er janvier dernier (croissance 2011 divisée par 2, année 2012 incertaine, perte du 'AAA', une crise budgétaire non résolue

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...