Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Sell-off surprise, le S&P500 rechute sous 2.040

Wall Street : Sell-off surprise, le S&P500 rechute sous 2.040

tradingsat

(CercleFinance.com) - Ce jeudi 20 août s'impose comme la pire séance de l'année pour les indices US, avec des pertes moyennes supérieures à -2,1% et 95% de titres en repli (dont 100% pour le Dow Jones).

Le plus étonnant, c'est que le 'sell-off' survient à la veille d'une séance des '3 sorcières' où les opérateurs influents ont plutôt l'habitude de soutenir les cours.
Wall Street a perdu pied sans que de bonnes âmes n'interviennent massivement pour enrayer la consolidation... comme mercredi dernier, en pleine dévaluation du Yuan.

New York s'est finalement aligné sur les places européennes et le Dow Jones très précisément sur le CAC40 qui en avait terminé sur un repli de -2,06%.
La correction atteint -2,15% sur le 'S&P' et -2,83% sur le Nasdaq, de telle sorte que le Dow Jones et le 'S&P' évoluent désormais en territoire négatif depuis le 1er janvier.

La glissade de Wall Street s'est accélérée après la publication d'un mauvais indice du 'Conference Board' à 16H puis vers 20H, sur la confirmation des rumeurs de démission d'Alexis Tsipras (retour de l'incertitude politique en Europe).

Les commentateurs invoquaient également la rechute de -3,5% de la bourse de Shanghai ce matin et très peu le compte-rendu insipide du comité de politique monétaire de la Fed (aucune indication nouvelle relative au calendrier du relèvement des taux directeurs de l'institution).

Les analystes de Société Générale ont relaté jeudi matin que certains membres de la FED continuent de percevoir des risques liés au raffermissement du dollar et au ralentissement de la Chine, des éléments qui expliquent selon eux la tonalité plutôt 'dovish' ('accommodante') des 'minutes' publiées mercredi soir.

La faiblesse de l'inflation américaine (+0,1% en juillet) est un autre facteur de nature à convaincre la FED de temporiser et le contexte général tend à réduire la portée de l'amélioration indiscutable du marché de l'emploi de la première économie mondiale (écrasante majorité de CDD et de jobs à temps -souvent très- partiel).

Plusieurs indicateurs sont sortis aux Etats Unis à 16H et ils ont été plutôt fraichement accueillis.
Les chiffres hebdomadaires du chômage, dévoilés à 14h30, se soldent par une hausse insignifiante de +4.000 demandeurs d'indemnité, à 277.000.

L'indice de la Fed de Philadelphie au titre du mois d'août ressort à 8,3 (contre 5,7 en juillet) mais stagne depuis 3 mois, le chiffre des ventes de logements anciens progresse de +2% (mieux que prévu) et l'indicateur avancé du Conference Board pour juillet recule de façon inattendue de -0,2% (contre +1% attendu... à cause de la baisse des permis de construire).

Le baril de pétrole remontait ce soir de +0,6% juste au-dessus des 41$.

Parmi les plus lourds dégagements sur le 'S&P', on notait Netflix -7,8%, Microb-7,3%, Elexctronic Arts -5,5%, Avago -5,3%, Tesla -5,1%, Baker Hugues -5%, Merck -4,5%, eBay -3,3%, Yahoo -3,2%.

Au sein du Dow Jones, les géants Apple, Pfizer et Microsoft lâchaient -2%. Citigroup et Intel -2,9%.
Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...