Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Revirement aussi brutal qu'inattendu après fed

Wall street : Revirement aussi brutal qu'inattendu après fed

tradingsat

(CercleFinance.com) - Quelle claque ! Les indices US subissent leur plus lourde correction après une entame de séance pourtant prometteuse.

Wall Street n'a guère tressailli vers 20H15 à la lecture du communiqué final de la FED (le repli de -0,35% du 'S&P' étant compensé par une hausse sysmétrique du Nasdaq). A 20H30, une petite consolidation s'amorce... mais le Nasdaq résiste et se maintient dans le vert jusque vers 21H15 tandis que le Dow Jones ne cède pas plus de 0,45%. Les 45 dernières minutes de la séances sont en revanche cauchemardesques: sans que l'on puisse identifier le moindre catalyseur (une mauvaise nouvelle en provenance de la Grèce, une 'petite phrase', un 'profit warning'), Wall Street se met à déraper, puis à dévisser, sans le moindre rebond technique... et cela dure jusqu'à la clôture ou une dernière rafale de ventes vient plomber les indices US qui en terminent au plus bas du jour. Les scores sont éloquents: -2% pour le Nasdaq (soit -3% sur les 'plus hauts' du jour), -2,5% pour le Dow Jones (à 1.125Pts), pratiquement -3% pour le 'S&P' qui plonge vers 1.166 (contre 1.206Pts en cours de matinée).

C'est l'une des toutes premières fois de l'année où Wall Street subit un retournement de tendance aussi violent au cours des 45 dernières minutes... et sans que l'Europe soit mise en cause par la cacophonie qui perdure au sujet du dossier grec.

Les marchés US sont allés au tapis tout seuls, comme s'ils s'étaient aperçus 1 heure après le discours de Ben Bernanke que le 'twist' de maturité portant sur 400Mds de réances diverses (vente de T-Bonds remboursables à l'horizon 2014 et achat de MBS remboursables entre 2018 et 2040) était une opération technique générant peu d'impact sur la liquidité des banques et avec peu d'effets mécniques sur l'économie réelle. Une économie qui justement croît de façon désespérément lente et où le risque majeur reste celui d'un ralentissement à l'horizon 2012.

Il n'y avait rien dans le communiqué de la FED que les marchés ne sachent déjà ou n'aient largement anticipé: les causes de la vague de liquidation de la fin de séance reste une énigme.

Mais peut être les 'stratèges' -qui n'ont manifestement rien vu venir- vont-ils expliquer dès demain que 'le marché a changé d'avis' (inutile de lui demander pourquoi: 'il a toujours raison').

Cela ne résout cependant pas la question de l'optimisme affiché durant 7 séances et demi, avec des indices US retrouvant leurs niveaux d'avant la perte du 'triple A' et même de la mi-juin.

Pour mesurer à quel point le renversement de tendance fut brutal, il faut jeter un peil sur les indices sectoriels: le 'S&P industrial' a chuté de -4%, le 'S&P financial' de -4,5%, le 'S&P basic resources' de -5%.

Ce que nous indiquent ces écarts spectaculaires, c'est l'anticipation d'un 'double-dip' (comme le prévoit Georges Soros) et la conviction que le 'twist' de la FED ne va pas y changer grand chose.

Les plus lourds dégagements ont pesé sur les parapétrolières et les producteurs de charbon avec Alpha naturals -17,2%, Cliffs natural -12,8%, Lincoln -8,5%, Halliburton -7,6%, Joy Global -7,2%, Peabody -6,9%, Schlumberger -6%.

Les financières avec Morgan Stanley -8,6%, Hartford -7,6%, Bank of America -7,5% (dégradé par Moody's), Suntrust -7,3%, AIG -6,7%, Metlife et Prudential -6,6%, JP Morgan -5,9%, US Bancorp -5,6%.

Côté Nasdaq, Monster -8,1%, Cisco -4,1%, First Solar -7,2%, Microsoft -3,7%. Signe supplémentaire du stress qui a surgi inopinément, le rendement des T-Bonds à 10 ans a plongé vers un plancher historique de 1,86%. Peut être Wall Street se souvient-il soudain que la dernière fois que la FED mit sur pied un 'twist', c'était dans les années 60... et ce ne fut pas la période la plus glorieuse des marchés US.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...