Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Possible correction à Wall Street liée au "mur budgétaire"

Wall Street : Possible correction à Wall Street liée au "mur budgétaire"

Wall Street : Possible correction à Wall Street liée au Wall Street : Possible correction à Wall Street liée au

par Caroline Valetkevitch et Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Le mouvement de baisse post-électoral entamé la semaine dernière à Wall Street pourrait prendre de l'ampleur au cours de semaines à venir en raison des inquiétudes sur le "mur budgétaire" qui se profile aux Etats-Unis, comme en témoignent certains indicateurs techniques.

Jeudi dernier, le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, est tombé sous sa moyenne mobile à 200 jours pour la première fois depuis cinq mois pour ensuite clôturer encore vendredi sous cette moyenne.

Et plus de la moitié des composants du Dow Jones se traitent en-deçà de niveaux techniques jugés clef.

Sur la semaine dernière, marquée par la réélection de Barack Obama à la présidence américaine, le Dow Jones a chuté de 2,1%, le S&P 500 de 2,4% et le Nasdaq de 2,6% en raison des craintes suscitées par le "mur budgétaire".

Cette expression recouvre la coïncidence, le 1er janvier 2013, de l'expiration de baisses d'impôt mises en oeuvre par l'administration Bush et de réductions de dépenses qui avaient été programmées pour pousser les législateurs à conclure un accord budgétaire de long terme.

Faute d'accord, ces coupes budgétaires et ces hausses d'impôt, qui représentent un total de 600 milliards de dollars, risquent de mettre à mal une reprise économique déjà chancelante.

"On aurait pu imaginer que les différents scénarios liés au mur budgétaire avaient déjà été pris en compte et inscrit dans les cours, mais apparemment ce n'est pas le cas, comme si les marchés souffraient de troubles de l'attention et ne pouvaient se concentrer que sur une seule chose à la fois", a déclaré Natalie Trunow, chargée des investissements chez Calvert Asset Management.

INTERPRÉTER LES SIGNES

Même si le S&P 500 enregistre encore une hausse de près de 10% depuis le début de l'année, il est en recul de 6,4% par rapport un pic en séance de 1.474,51 points atteint me 14 septembre.

L'indice est de ce fait également tombé sous sa moyenne mobile à 50 jours, mais on ne peut encore parler de correction, définie comme un repli de 10% par rapport au dernier pic en date.

Au cours des deux dernières semaines, le S&P 500 a évolué entre la moyenne mobile à 50 jours, de 1.433,50 et celle à 200 jours, à 1.380,98. Vendredi, l'indice a terminé à 1.379,85 points.

S'il enfonce encore davantage la partie basse de cette récente fourchette de fluctuation, cela pourrait annoncer un accès de faiblesse prolongé.

Dix-sept composants du Dow Jones sur 30 se traitent à la fois sous leur moyenne à 50 jours et sous celle à 200 jours. Huit autres évoluent sous leur moyenne mobile à 50 jours. Seuls cinq valeurs se situent au-dessus de ces niveaux de soutien, Bank of America, JPMorgan Chase, Home Depot, Johnson & Johnson et Travelers.

Ce qui a également plombé le marché, c'est le recul de 5,2% de l'action Apple au cours de la semaine dernière. La valeur, qui ne fait pas partie du Dow Jones, est la première capitalisation boursière mondiale.

Au vu des résultats publiés par 449 composantes du S&P 500, les bénéfices des entreprises sont vus en moyenne en recul de 0,3% sur la période, ce qui est moins mauvais que ce qui était redouté au début de la saison des résultats.

Des grands noms de la distribution doivent encore annoncer leurs chiffres intermédiaires, tels Wal-Mart, Target et Home Depot. Les données de ces sociétés seront observées de près avec l'approche des fêtes de fin d'année.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...