Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Pertes abyssales après la dégradation de s&p

Wall street : Pertes abyssales après la dégradation de s&p

tradingsat

(CercleFinance.com) - La débâcle que l'on pouvait craindre à Wall Street, à la suite de la décision par S&P de retirer aux États-Unis leur note 'AAA' pour la première fois de son histoire, a bel et bien eu lieu.

À la clôture, le Dow Jones a affiché un plongeon de 5,5% à 10.809,8 points, le Nasdaq Composite a dégringolé de 6,9% à 2357,7 points, et l'indice S&P 500 a chuté de 6,7% à 1119,5 points, sous le seuil des 1140 points, considéré comme décisif.

'La dégradation de la dette souveraine américaine par S&P a fait sentir une onde de choc à Wall Street', a résumé Scott Marcouiller, le stratège en chef de Wells Fargo Advisors, qui souligne l'angoisse au sujet d'effets contagieux de cette décision.

Plutôt tempérées en Europe, les réactions des économistes à l'abaissement de la notation des États-Unis par Standard & Poor's ont été nettement plus passionnées de l'autre côté de l'Atlantique, où un certain patriotisme s'est fait sentir. Bill Miller, le directeur des investissements chez Legg Mason Capital Management, évoquait une décision 'précipitée, fausse et dangereuse'.

D'autres se sont concentrés sur ses répercussions au niveau de l'économie réelle. 'Si l'abaissement de la note de S&P contribue à la poursuite de la faible croissance de l'emploi ou des dépenses de consommation, ce serait manifestement problématique pour la croissance à une période où celle-ci est anémique', soulignait ainsi Michael Cembalest, chez JPMorgan.

Paradoxalement, les bons du Trésor ont gagné de l'attrait à la suite de la dégradation: le rendement du T-Note à 10 ans a chuté sous les 2,40%. Les investisseurs se sont également portés sur l'or, valeur refuge par excellence, dont le cours a largement dépassé les 1700 dollars.

En retrait de 3,5% à 82,1 dollars, McDonald's a presque limité la casse après avoir fait état lundi d'une hausse de 5,1% de ses ventes mondiales à périmètre comparable en juillet, une nouvelle fois sous l'impulsion de l'Europe.

Verizon (-5,5% à 33,1 dollars) a annoncé l'échec de ses négociations avec deux organisations syndicales dans les télécommunications fixes au nord-est des États-Unis, un blocage qui entraîné le dépôt d'un préavis de grève.

Tyson Foods a abandonné 3,9% à 15,7 dollars, ayant fait part d'un résultat net en retrait sous l'effet de l'envolée de ses coûts de production, mais d'un BPA supérieur aux prévisions des analystes.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...