Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Nouveaux records de clôture à Wall Street pour le Dow et le S&P

Wall Street : Nouveaux records de clôture à Wall Street pour le Dow et le S&P

Wall Street : Nouveaux records de clôture à Wall Street pour le Dow et le S&PWall Street : Nouveaux records de clôture à Wall Street pour le Dow et le S&P

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en légère hausse vendredi, ce qui n'a pas empêché le Dow Jones et le S&P 500 d'inscrire de nouveaux records de clôture, à la faveur de l'annonce de créations d'emplois beaucoup plus importantes que prévu au mois de novembre aux Etats-Unis.

L'indice Dow Jones a gagné 0,33%, soit 58,69 points, à 17.958,79, après avoir atteint au cours de la session un nouveau record de séance de 17.991,19.

Le S&P-500, plus large, a pris 3,45 points, soit 0,17%, à 2.075,37. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 11,32 points (+0,24%) à 4.780,76.

Le mois dernier, 321.000 emplois ont été créés aux Etats-Unis, soit le nombre le plus important depuis janvier 2012, montrent des données publiées dans la journée par le département du Travail.

Ce chiffre est bien meilleur qu'attendu puisque les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne 230.000 nouveaux emplois en novembre.

Le revers de la médaille de cette statistique est qu'elle pourrait inciter la Réserve fédérale à remonter ses taux d'intérêt plus vite que prévu, ce qui explique peut-être la modestie de la hausse de Wall Street.

Ronald Sanchez, chargé des investissements chez Fiduciary Trust Company International, a qualifié les statistiques de l'emploi de "franchement bonnes", tout en ajoutant que "cela pouvait induire certains changements en matière de politique monétaire au sein de la Fed. Juin 2015 pour une première hausse des taux est de nouveau d'actualité.

La perspective de voir la Fed durcir sa politique monétaire plus rapidement que prévu a donné un coup de fouet au dollar, qui a atteint un plus haut depuis mars 2009 face à un panier de devises internationales.

Face au yen, le billet vert est monté à 121,68, un pic depuis la mi-2007 et l'euro est tombé à un moment à 1,2271 dollar, un creux depuis la mi-août 2012.

NOUVELLE BAISSE DU PÉTROLE

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow progresse de 0,7% et le S&P de 0,4% tandis que le Nasdaq recule de 0,2%. Pour les deux premiers indices, il s'agit de la septième hausse hebdomadaire d'affilée, du jamais vu depuis un an.

Depuis le début de l'année, le Dow Jones affiche un gain de 8,3%, le S&P 500 une progression de 12,3% et le Nasdaq une hausse de 14,5%.

Les données concernant le marché du travail ont notamment soutenu les valeurs bancaires - qui profiteraient d'un tour de vis monétaire - et tous les secteurs corrélés au rythme de la croissance économique.

"Les chiffres de l'emploi confirment que la conjoncture économique s'améliore (...) et cela est un cas de figure gagnant-gagnant pour les valeurs financières", a noté Adam Sarhan, directeur général de Sarhan Capital.

"Une économie qui se renforce induit davantage de prêts, davantage d'activité (...) les valeurs financières sont bien placées pour monter encore beaucoup plus."

L'indice regroupant les valeurs financières a terminé sur un gain de 0,99%.

A l'inverse, le compartiment des "utilities", considéré comme défensif et donc délaissé en cas de nouvelles économiques positives, a reculé de 0,83%.

Et le secteur de l'énergie a encore perdu 1,19% avec la nouvelle glissade des cours du brut, qui évoluent à un creux de près de cinq ans.

Venant quelque peu assombrir le tableau dressé par les chiffres de l'emploi, les commandes à l'industrie aux Etats-Unis ont baissé pour le troisième mois d'affilée en octobre, reflétant un ralentissement de l'activité manufacturière, selon les données publiées par le département du Commerce.

Le prix des emprunts du Trésor, comme souvent en cas de données macro-économiques supérieures aux attentes, a reculé, le rendement du papier à deux ans ayant atteint un plus haut depuis mai 2011.

Du côté des valeurs individuelles, le titre American Eagle Outfitters a plongé de 13,76% à 11,91 dollars après que la chaîne de vêtements pour jeunes a annoncé un cinquième recul consécutif de son bénéfice trimestriel et livré des prévisions inférieures aux attentes.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...