Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Les promesses européennes ont dopé wall street

Wall street : Les promesses européennes ont dopé wall street

Wall street : les promesses européennes ont dopé wall streetWall street : les promesses européennes ont dopé wall street

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a clôturé en forte hausse lundi, augmentant sensiblement ses gains de la semaine passée, les investisseurs ayant salué les engagements français et allemands face à la crise de la dette européenne.

La Bourse était ouverte ce lundi, jour férié aux Etats-Unis (Columbus Day), à la différence du marché obligataire.

La France et l'Allemagne se sont donné jusqu'à fin octobre pour surmonter nombre d'obstacles sur la recapitalisation des banques, l'euro et son membre le plus malade, la Grèce, ainsi que sur la gouvernance européenne.

Sur le front bancaire, la Belgique, la France et le Luxembourg, au terme d'une nuit de négociations, ont donné lundi matin le coup d'envoi du démantèlement de la banque franco-belge Dexia, premier groupe bancaire européen de grande taille à succomber à la crise de la dette souveraine en zone euro.

L'indice S&P-500 a dépassé sa moyenne mobile sur 50 jours pour la première fois depuis la fin juillet, et en soi cela pourrait constituer un signal haussier. Les prochaines barres de résistance sont à 1.200, qu'il a frôlée lundi, puis à 1.230.

Le S&P-500 a maintenant progressé de plus de 10% par rapport à un cours plancher inscrit mardi dernier et qui avait brièvement projeté l'indice dans un marché baissier (bear market). Son avance s'explique par des rachats de découverts et par des gérants de fonds qui tentent de prendre le train en marche.

L'indice Dow Jones a gagné 330,06 points (2,97%) à 11.433,18, le S&P-500 a pris 39,43 points (3,41%) à 1.194,89 et le Nasdaq Composite 86,70 points (3,5%) à 2;566,05.

"Le marché a donné à Merkel et à Sarkozy le bénéfice du doute mais ils savent qu'ils doivent présenter quelque chose de concret", commente Quincy Krosby (Prudential Financial).

Cela étant, pour elle, le sauvetage de Dexia montre que les pays européens "peuvent agir vite et efficacement", ce qui nourrit l'espoir d'un comportement similaire pour la crise de la dette en général.

Les bancaires ont bien bénéficié de ces bonnes nouvelles, les boursiers redoutant moins que les banques américaines soient exposées à des pertes de leurs homologues européennes.

L'indice des bancaires KBW a bondi de 5,31%. JPMorgan Chase a gagné 5,2% et Bank of America 6,4%.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...