Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Le potentiel haussier de Wall Street pourrait être limité

Wall Street : Le potentiel haussier de Wall Street pourrait être limité

tradingsat

par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - Le retour à la croissance des résultats de sociétés attendus au second semestre aux Etats-Unis pourrait éviter à Wall Street de se retrouver dans une tourmente comparable à celle du début d'année sans pour autant provoquer un rally impressionnant.

L'indice Standard & Poor's 500 a fini étale vendredi et l'on pense qu'il continuera de dériver dans une fourchette de fluctuations étroite, les investisseurs n'étant pas disposés à payer pour des valeurs dont les résultats afficheraient au mieux une progression très modeste sur l'ensemble de l'année.

Le PER (price-to-earnings ratio, rapport du cours de Bourse au bénéfice) du S&P est de 17,8, ce qui veut dire que les investisseurs payent 18 dollars pour chaque dollar de bénéfice attendu dans les 12 mois. Il est au plus haut depuis 2004 et au-dessus de la moyenne de 15 des 30 dernières années, selon des données de Thomson Reuters Datastream.

Les bénéfices du S&P-500, au vu de ce qui a déjà été publié et de ce qui est encore attendu, sont prévus en baisse de 7,1% au premier trimestre, après des reculs respectifs de 2,9% et 0,8% les deux précédents trimestres.

On pense que le deuxième trimestre sera aussi une période de contraction des résultats, mais moins forte, de 2,3%.

En revanche, les résultats augmenteraient de 4,3% et de 10,3% respectivement aux troisième et quatrième trimestres, donnant pour l'ensemble de l'année une croissance d'un peu moins de 2%, selon des données de Thomson Reuters I/B/E/S. En regard de cela, l'indice S&P-500 est déjà en hausse de plus de 2% depuis le début de l'année.

Les résultats inférieurs aux attentes de Microsoft et d'Alphabet, deuxième et troisième capitalisations de Wall Street, viennent gonfler la liste des sociétés qui ont déçu le marché, comme IBM, Intel ou Nike.

Pour autant, le S&P-500 a gagné plus de 15% par rapport à son plancher de 2016 touché en février et est à moins de 2% de son cours de clôture record établi voici près d'un an.

"Il faut être un peu plus prudent vis-à-vis des actions actuellement, au vu de ce gros 'rally'", observe Andrew Slimmon (Morgan Stanley Investment Management). "A ce stade, nous sommes bien partis pour répéter l'année dernière, soit une croissance d'un an sur l'autre à peine positive".

Plus de 800 sociétés, de toutes tailles boursières, publieront leurs comptes la semaine prochaine, et notamment Apple mardi. L'action a subi des variations de 4,5% en moyenne, à la hausse ou à la baisse, en réaction aux publications durant les huit derniers trimestres.

(Avec Lewis Krauskopf, Chuck Mikolajczak et Caroline Valetkevitch, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...