Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : La hausse de wall street va être mise à l'épreuve

Wall street : La hausse de wall street va être mise à l'épreuve

Wall street : la hausse de wall street va être mise à l'épreuveWall street : la hausse de wall street va être mise à l'épreuve

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - La progression de Wall Street sera mise à l'épreuve la semaine prochaine, l'indice Standard & Poor's ayant atteint son plus haut niveau depuis les mois précédant la crise financière de 2008.

Le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, est en hausse de 8,6% depuis le début de l'année. Il a terminé vendredi à 1.365 points, un niveau de clôture sans précédent depuis le 6 juin 2008, soit quelques mois avant la faillite de Lehman Brothers et le début de la crise de liquidité mondiale.

Si la rapidité et l'ampleur de ses gains font redouter un repli imminent, le marché pourrait trouver un nouvel élan si le S&P se hissait au-dessus des 1.370 points, son pic de 2011.

"Nous avons atteint un niveau d'épuisement et d'inflexion. Le sentiment est haussier, le flux d'argent aussi, et cela inquiète un peu", commente James Dailey, gérant de portefeuille pour TEAM Asset Strategy Fund à Harrisburg, en Pennsylvanie.

"Ce qui serait plus probable, ou plus normal, serait un déclin de 5-7% (par rapport aux niveaux actuels), mais si nous avançons au-delà de 1.370, cela pourrait déclencher un nouvel élan."

Sur la semaine, l'indice Dow Jones des valeurs industrielles et le S&P ont gagné autour de 0,3% et le composite du Nasdaq a pris 0,4%, terminant à son plus haut niveau de clôture depuis décembre 2000.

LE BRUT SURVEILLÉ

Les investisseurs surveilleront attentivement les prix du pétrole, les futures sur le Brent ayant clôturé vendredi à 125,47 dollars le baril, au plus haut depuis avril dernier, sur les craintes d'une aggravation des tensions entre l'Iran et les puissances occidentales.

Si la hausse des cours du pétrole se poursuit, elle pourrait affecter la confiance des consommateurs et faire pression sur les marchés financiers, note Ben Schwartz, chef stratège marchés pour Lightspeed Financial à Chicago.

L'euro sera surveillé de près, tel un baromètre de l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués.

La monnaie unique a bondi vendredi à un plus haut de deux mois et demi face au dollar et un plus haut de quatre mois face au yen à l'approche de la nouvelle opération de financement à trois ans de la Banque centrale européenne (BCE).

Cette opération, la deuxième du genre, est prévue mercredi. Des estimations montrent que les banques pourraient en profiter pour emprunter entre 500 milliards et 1.000 milliards d'euros à la BCE.

A l'agenda des indicateurs figurent par ailleurs les chiffres des commandes de biens durables mardi et, mercredi, la deuxième estimation de la croissance du produit intérieur brut (PIB) au quatrième trimestre.

L'indice ISM du secteur manufacturier sera publié jeudi, après les inscriptions hebdomadaires au chômage.

Office Depot et Staples publient leurs résultats trimestriels.

Natalie Huet pour le service français, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...