Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : La dégradation des usa chauffait depuis 3 jours

Wall street : La dégradation des usa chauffait depuis 3 jours

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les USA ont -selon la notation de 'S&P'- perdu vendredi soir leur 'triple A' (pour une notation AA+ identique à celle de leur principal créancier, la Chine). Ce n'est pas vraiment une surprise après le 'désastreux compromis' (selon un grand quotidien New-Yorkais) voté par le Congrès mardi.

De fait, et même si l'ambiance était lourde en Europe, les 5% perdus jeudi soir à Wall Street semblaient relativement inexplicables du seul fait des tensions sur les taux en Espagne et en Italie. Les 3,5% de repli du Nasdaq vendredi vers 18H étaient tout aussi singuliers compte tenu de l'actualité du jour, plutôt favorable du côté de l'emploi (+117.000 nouveaux jobs) et du chômage.

Ne soyons pas naïfs, l'initiative de 'standard & Poors' avait fuité: l'implacable détermination des vendeurs depuis jeudi matin démontre que certains d'entre eux n'avaient aucun doute sur la suite des évènements.

Wall Street a en quelque sorte 'acté' la rumeur de dégradation qui enflait entre 17 et 18H avec un Nasdaq qui plongeait de -3,5% (après -5% la veille, soit -10,5% hebdo) tandis que le 'S&P' lâchait -2,5% à 1.170Pts (soit -9,5% hebdo) et le Dow Jones -200Pts à 11.140Pts. Dans le même temps, le 'VIX' explosait de +22% à 38,25 ce vendredi et de +66% en 48H (partant d'un plancher de 23 mercredi).

Ce genre de variation vertigineuse est caractéristique d'un climat de capitulation et de désespoir des opérateurs qui se couvrent à n'importe quel prix: quand tout le monde fait la même chose au même moment, il est temps de faire le contraire. En fin de séance, le VIX se repliait vers 32, soit un modeste écart de +1%: le vent de panique a vécu !

En effet, en seconde partie de séance, les opérateurs ont commencé à raisonner avec une approche plus relativiste: le Japon avait lui aussi perdu son 'AAA' sans que les détenteurs de la dette nippone désertent les émissions de la banque du Japon. Aujourd'hui encore, les emprunts nippons affichent avec la Suisse les plus bas rendements de la planète.

Les taux longs US sont remontés d'un plancher historique de 2,40% vers 2,56% mais il pourrait d'abord s'agir de l'effet mécanique du rebond des actions dans l'après midi: conclusion... pas de panique sur le marché obligataires.

Le Dow Jones esr repassé positif de +0,44% (à 11.144Pts), le 'S&P' s'effrite (-0,06%) à 1.200Pts tandis que le Nasdaq déçoit (-0,94% à 2.532Pts). Sur l'ensemble de la semaine, le 'Dow' lâche -5,7%, le 'S&P' -7,2% et le Nasdaq -8,15%: c'est un moindre mal en regard des -10,75% à Paris ou des -11% sur l'Euro-Stoxx50.

Mais si les indices US optent pour le 'fait accompli' de la dégradation de la dette US, le spectre de rechutes ultérieures n'est pas près de disparaître du paysage boursiers car il subsiste en 'tâche de fond' la peur d'une rechute en récession des États-Unis.

La distribution était sous pression avec Home Depot (-3%), les bancaires ont également souffert avec Bank of America (-7,5%) ou Morgan Stanley (-4,7%)... mais c'est le secteur des parapétrolières qui souffrait le plus avec un baril de 'WTI' tombé sous les 85$ en séance avant d'en terminer un peu au-dessus des 87$. Range Resource a chuté de -4%, Peabody de -4,4%, Anadarko et Valero -11%.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...