Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Wall street indécise face au contexte macroéconomique

Marché : Wall street indécise face au contexte macroéconomique

Wall street indécise face au contexte macroéconomiqueWall street indécise face au contexte macroéconomique

PARIS (Reuters) - Les taux sont plus que jamais les moteurs des marchés, les investisseurs gardant les yeux rivés sur les courbes des marchés obligataires. Dans ce contexte, les Bourses européennes sont en baisse, tandis que Wall Street souffle le chaud et le froid.

Le Dow Jones perd 0,02% aux alentours de 12.075 points. Le Standard & Poor's, plus large, avance de 0,03% vers 1.252 points tandis que le composite du Nasdaq gagne 0,03% vers 2.657. Les investisseurs hésitent entre l'aversion au risque provoquée par la question de la dette souveraine dans la zone euro et l'optimisme lié à des indicateurs plutôt encourageants. Les Bourses européennes sont quant à elles sur tendance plutôt baissière.

"Tant que la Banque centrale européenne refusera de devenir le prêteur de dernier recours et de sortir l'artillerie lourde, la peur persistera", estime Oliver Pursche, président de Gary Goldberg Financial Services.

Le contexte macroéconomique n'est pas particulièrement favorable. L'économie de la zone euro a progressé d'un timide 0,2% au troisième trimestre, soutenue par la France et l'Allemagne, mais les économistes sont désormais nombreux à penser qu'une récession se profile.

En Italie, le président du Conseil désigné, Mario Monti, a rencontré mardi les responsables des deux grandes formations politiques italiennes pour discuter des "sacrifices" nécessaires afin de rétablir la confiance des marchés financiers et sortir le pays de la crise économique.

L'euro a approché d'un plus bas d'un mois de 1,3484 dollar, touché la semaine dernière avant de remonter à un peu plus de ,355 et a touché un plus bas d'un mois à moins de 103,95 yens.

Le rendement des obligations italiennes à dix ans est un moment repassé au-dessus du seuil de 7%, un niveau jugé insoutenable pour un pays sur le long terme, les espoirs levés par le changement d'équipe au pouvoir à Rome ayant visiblement fait long feu.

La dette espagnole de même maturité affiche de son côté un rendement en hausse à 6,3%, après une émission de dette à court terme qui a vu Madrid consentir à des rendements sans précédent depuis 1997.

Tout aussi inquiétant, la dette française à dix ans a vu son rendement grimper de plus de 30 points de base sur la semaine et son écart avec les Bunds a atteint un nouveau record depuis la création de la zone euro, dépassant désormais 1,7%.

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...