Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Impatience et anxiété à wall street avant les résultats

Wall street : Impatience et anxiété à wall street avant les résultats

tradingsat

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street s'apprête vivre une nouvelle saison de résultats, en jouant un jeu désormais bien connu: exprimer des inquiétudes avant de bondir sous l'effet de bonnes surprises.

Prenant acte de la succession d'indicateurs économiques médiocres, les analystes ont abaissé ces derniers temps leurs prévisions de résultats.

Leur réaction pourrait se révéler excessive, la croissance des bénéfices au deuxième trimestre pouvant très bien se révéler supérieure aux attentes et doper les marchés d'actions.

"Je trouve qu'il y a beaucoup d'anxiété avant l'entrée (dans la saison des résultats), et je pense également que les entreprises vont continuer à faire ce qu'elles font depuis quelques trimestres: publier des résultats meilleurs qu'attendu et leurs perspectives devraient être correctes", a expliqué Scott Billeaudeau, gestionnaire de portefeuille de Fifth Third Asset Management, à Minneapolis.

Selon des données Thomson Reuters, les résultats des groupes cotés sur le S&P 500 devraient afficher une hausse moyenne de 7,3% par rapport au deuxième trimestre 2010.

Mais cette hausse pourrait se révéler supérieure si une majorité d'entreprises battaient le consensus.

Parmi les sociétés visées par les abaissements de prévisions les plus nets, figurent les financières.

JPMorgan Chase sera la première des grandes banques américaine à publier, avec des résultats attendus jeudi, le même jour que Google, qui pourra donner le ton pour les technologiques.

Avant ces deux groupes, c'est Alcoa qui ouvrira officieusement le bal des trimestriels, dès après la clôture de lundi.

Si le jeu des prévisions est si compliqué à l'orée des résultats du deuxième trimestre, c'est que les investisseurs se demandent à quel point les différents pans de l'économie américaine ont souffert des conséquences du séisme survenu en mars au Japon, des circonstances climatiques inhabituelles rencontrées aux Etats-Unis, ou encore de la poursuite de la hausse des cours des matières premières et des prix de l'alimentation.

"Je pense que tous ces éléments relatifs à la macro, à la planète, aux turbulences politiques, continuent d'imprégner (l'économie)", a commenté Mike Jackson de T3 Equity Labs à Denver.

Mais "on va voir que les groupes les plus solides vont surprendre."

Selon lui, les groupes tournés vers l'industrie et ou les services aux collectivités devraient agréablement surprendre, mais de grandes déceptions sont à attendre dans l'assurance santé, l'alimentation ou le secteur des matériaux.

Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...