Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Flambée de hausse malgré libye et baril à 102$

Wall street : Flambée de hausse malgré libye et baril à 102$

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street avait 'envie de monter': c'était évident depuis le début de la matinée en Europe (avec des 'futures' affichant +1% d'entrée de jeu) avec la propagation de rumeurs évoquant d'excellents chiffres de l'emploi à paraître ce vendredi.

Une hypothèse rendue crédible par l'enquête ADP publiée la veille... mais c'est une motivation à l'achat qui demeure de l'ordre du subjectif: dans un marché rendu méfiant par la hausse des taux ou la cherté de l'énergie et des matières premières, cela ne peut suffire à déclencher une envolée de +1,7 en moyenne des indices US. S'agissant du repli du pétrole, ce prétexte à un regain d'optimisme tenait la route en matinée (avec un fléchissement jusque sur 100,5) mais le baril de WTI est remonté en flêche vers 102$ dans l'après-midi sans que les indices US n'accusent le coup: comment ne pas envisager que la hausse de Wall Street ait été savamment orchestrée... même si le recul du Dollar favorise effectivement les exportations américaines.

Dow Jones a gagné 1,59% (soit près de 200Pts à 12.260Pts) et le Nasdaq 1,84% (à 2.798Pts)...

Le Standard & Poor's 500 affiche un score fleuve de +1,72% (à 1.331Pts) avec 90% de ses composantes en hausse: pour l'ensembles des indices US, il s'agit de la meilleure performance depuis le 2 décembre 2010.

Rarement les chiffres hebdomadaires de l'emploi n'auront (prétendument) déclenché un tel vent d'euphorie depuis septembre dernier: en effet de mauvais scores étaient souvent mieux accueillis dans la mesure où ils garantissaient que la FED mènerait sont 'QE-2' jusqu'à son terme (la faiblesse du marché de l'emploi étant sa principale excuse pour présenter l'inflation comme une menace secondaire, la priorité étant la consolidation de la reprise économique).

Pour la dernière semaine de février, le nombre de nouveaux chômeurs aux Etats-Unis a chuté de -20.000 (à 368.000) est tombé à son plus bas niveau depuis fin mai 2008 d'après le département du Travail.

Les spécialistes des marchés obligataires n'ont pas manqué de réagir également -mais avec beaucoup moins d'enthousiasme que Wall Street- à la progression vers 59,7 de l'indice ISM des directeurs d'achat en février.

Le rendement des T-Bonds à '30 ans' s'est tendu vers 4,65% et le '10 ans' affichait 3,57%. Malgré cette hausse de sa rémunération, le Dollar baisse et inscrit un nouveau plancher annuel de 1,3960 face à l'Euro. C'est peut être de la faute du Congrès qui a voté une extension des déficits US... afin que les fonctionnaires ne soient pas mis au chômage technique au cours des prochaines semaines.

Lorsque Wall Street se sent pousser des ailes, peu importe la hausse des taux longs: au contraire c'est un signe de bonne santé économique.

Le marché a grimpé tous azimuts: Caterpillar a pris +3,25%, Bank of America +3,2%, Boeing +3,1%, Pfizer +3,05%, AMEX +3%, Alcoa +2,8%, Home Depot +2,5%, IBM +2,1%... aucun secteur de la cote n'a été oublié, à part peut être les valeurs pétrolières puisque Chevron et Exxon ont largement sous-performé avec des scores de +0,7% et +0,85%.

Il faut également se souvenir que lors du dernier test des 2.800Pts par le Nasdaq et des 1.330Pts par le 'S&P' (les 17 et 18 février), le pétrole valait moins de 85$ sur le NYMEX. Il est assez déconcertant d'observer que les indices US tutoient de nouveau leur zénith annuel avec un baril qui a prix très exactement +15% tandis que l'incertitude la plus grande règne sur l'avenir géopolitique du croissant formé par la Tunisie, la Libye (qui s'enfonce dans la guerre civile en dépit de rumeurs peu crédibles d'apaisement du conflit jeudi) et l'Egypte (dont la bourse, close depuis le 27 janvier, restera fermée sine die, démentant le projet de réouverture ce dimanche).

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...