Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Euphorique,mais fort soupçon de délit d'initié

Wall street : Euphorique,mais fort soupçon de délit d'initié

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street aligne une 5ème séance de hausse avec 95% de titres en progression, aussi bien sur le 'S&P500' (+1,8%) que sur le Nasdaq-100. C'est au final la journée boursière la plus euphorique de l'année 2012 et les indices US réalisent leurs plus gros écarts depuis le 20 décembre 2011, jour de la mise en place du LTRO de la BCE.

Mais il n'en allait pas de même à une heure de la clôture: les indices US affichaient à peine plus de 0,8% après le communiqué du FOMC de la FED qui n'apportait ni éclairage nouveau sur la croissance, ni sur la possibilité de mettre en oeuvre un 'QE-3' pour prendre le relai de l'opération 'twist' qui se poursuit jusqu'en juin.

Un véritable 'non évènement' qui suscitait quelques interrogations sur l'envol de +1,7% du CAC40 ou de l'Euro-Stox50 quelques heures auparavant.

Mais à 20H15, alors que les acheteurs semblaient un peu démobilisés par le communiqué de la FED, coup de tonnerre et explosion à la hausse des indices (+150Pts sur le Dow Jones en ligne droite jusque vers 13.178Pts) suite à l'annonce par JP Morgan d'un relèvement de son dividende de +20% à 30Cts, puis d'un projet de rachat pouvant aller jusqu'à 15Mds$ de ses propres titres (dont 12Mds$ dès 2012).

Cette annonce surprise en a précédé une plus grande encore puisque la FED a avancé la publication des 'stress tests' de 24H... par peur des 'fuites'. Notons que 4 établissements financiers sur 19 n'ont pas été capables de satisfaire tous les critères de capital requis par la banque centrale (Sun Trust, Keycorp, Citigroup et Metlife).

Fuite (ou pas fuite... mais cette seconde hypothèse semble peu probable) concernant les 'stress tests' et l'annonce de JP-Morgan, le secteur des valeurs bancaires a fait un bond de +3,5% et comme par un heureux hasard, les 3 principaux indices US ont vu leur avance plus que doubler en trois quarts d'heure et dépasser sur le fil celle des places européennes.

Ces dernières semblent donc avoir fait preuve d'un 'flair' tout à fait remarquable, pour ne pas dire prémonitoire puisque la hausse s'était mystérieusement amorcée lundi soir vers 11H (avec +0,7% pour le CAC40 et le Dow Jones aux environs de minuit... après une séance soporifique).

C'est même à se demander si quelqu'un ne savait pas quelque chose dès lundi soir, d'où une détermination sans faille à l'achat dès l'ouverture (bien avant la publication du ZEW en Allemagne) puis durant toute la séance en Europe.

Mais l'un des mouvement les plus spectaculaires et des plus emblématiques est à porter au crédit du 'VIX' qui a rouvert ce mardi sur un repli abyssal de -10%, affichant un score ' rond ' de 14.

Autrement dit, il traduit implicitement un niveau d'optimisme des opérateurs supérieurs à celui de fin juin puis d'octobre 2007, quand Wall Street battait ses records historiques et ignorait même qu'il puisse exister un risque d'éclatement de la bulle immobilière ou un problème de solvabilité des banques, et encore moins de crise des dettes souveraines.

La dernière fois que le VIX s'était rapproché du plancher historique des 15, c'était en juin 2011, avant le début de la grande correction d'août à octobre. Du côté des statistiques, les commentateurs ont monté en épingle la hausse de +1,1% des ventes de détail en février, invoquant un accueil très favorable par les investisseurs, en oubliant de signaler que le chiffre était conforme aux prévisions et que les indices US avaient à peine réagi à la nouvelle et n'affichaient pas plus de 0,5% en préouverture vers 13H45. Alors que la hausse des ventes de détail est liée aux achats automobiles et à une météo très clémente, la flambée des carburants devient une vraie source d'inquiétude chez les consommateurs.

Le 'S&P' s'est envolé vers 1.395Pts dans le sillage de Bank Of America +6,3%, Wells Fargo +5,8%, Mellon Bank +4,5%. Citigroup s'était envolé de +6% en séance avant d'en reperdre -4% après la clôture. MetLife qui a également échoué au stress test plongeait de -6% en 'after hour'.

Selon la FED, les pertes en cas de réalisation du scénario noir seraient de -534Mds$ pour le secteur bancaire américain.

Le Nasdaq s'est envolé de +1,9% vers 3.040 -son meilleur son score depuis décembre 2000- dans le sillage de First Solar +5,6%, Autodesk +5,5%, Broadcom +4%, Micron +5%, EBay +3,2%, Apple +2,9% à 568,1$ (nouveau record historique). NB, le Dow Jones a clôturé au plus haut depuis le 30 décembre 2007 !

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...