Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Efface ses gains de lundi, l'optimisme vascille

Wall street : Efface ses gains de lundi, l'optimisme vascille

tradingsat

(CercleFinance.com) - Ce qu'une sé&ance a fait (de façon très artificielle), la suivante le défait... et plus encore: le dernier quart d'heure s'est une nouvelle fois avéré décisif avec une accélération à la baissse qui aggravait les scores de -0,5% supplémentaires.

Le Dow Jones rechute ainski de -1,75% (au contact des 11.700 après avoir testé les 11.900Pts à l'ouverture), le 'S&P' plonge de -2% et le Nasdaq efface l'intégralité de ses gains de la veille (-2,3% après 2,35% lundi).

Le caractère artificiel des hausses qui ont précédé lors des 2 séances précédentes paraissait peu douteux: la correction qui s'enclenche s'alimente cette fois-ci de raisons 'objectives', d'éléments concrets (statistiques US alarmantes, tractations laborieuses en Europe, tensions entre membres de l'Eurozone et enfin trimestriels décevants pour la plupart des entreprises ayant dévoilé leurs chiffres ce mardi).

Il y a des jours où le marché ignore de tels faits, d'autres où il les prend en compte si la tendance (h&ussière) sous jacente ne trouve plus de carburant pour poursuivre sa route: ce fut le cas ce mardi.

L'indice confiance du consommateur américain, calculé par le Conference Board, a dévissé de 46,4 en septembre vers 39,8 ce mois-ci, alors que les économistes s'attendaient à une stabilisation autour de 46.

'La confiance des consommateurs revient aux niveaux qu'elle avait touchés pendant la récession de 2008-2009', souligne le directeur du Conference Board Lynn Franco. Les optimistes objecteront que la corrélation avec la consommation est historiquement faible (et d'autant plus à un mois de Thanksgiving) mais le tableau macroéconomique s'assombrit sur de nombreux fronts, notamment la croissance qui tend vers les 1% pour le 4ème trimestre 2011.

Mais la principale hypothèque provient de l'Europe où le FESF sera loin de disposer d'un effet de levier conforme aux attentes de Wall Street et aucun chiffre précis pourrait n'être divulgué avant le prochain 'G-20').

Par ailleurs, l'Italie fait de plus en plus figure de cible idéale alors que Silvio Berlusconi apparaît contesté, non seulement par Angela Merkel mais également par les membres de sa propre coalition politique !

Pour comble de 'malchance', les trimestriels d'Amazon sont sanctionnés par une chute de -13% (vers 196$) dans les échanges d'après bourse. Les profits sont en chute libre de -73% à 14 Cents par titre au lieu des 24 espérés. Le chiffre d'affaire a bondi de +44% à 10,88MdsE mais il reste en deçà des 10.95Mds$ anticipés... et les prévisions du 4ème trimestre sont dans le bas de la fouchette des analystes.

Broadcom chutait de -5.3% vers 34$ après avoir dévoilé une prévision de chiffre d'affaires de 1,8Mds$ au lieu des 2Mds$ escomptés au 'T4'. Mais ce n'est rien comparé aux -35% de Netflix (la presse économique se déchaine contre la stratégie insaisissable du groupe depuis 2 mois).

Les Nasdaq a été plombé également par First Solar (-25%), Akamai (-5,4%), RIM (-5,2%), Sigma Aldricht (-4,8%) ou yahoo (-2,8%).

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...