Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Cor-le pétrole a raison de wall street une fois de plus

Wall street : Cor-le pétrole a raison de wall street une fois de plus

tradingsat

Correction: au 1er paragraphe, bien lire mardi au lieu de jeudi.

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a clôturé en baisse jeudi, les investisseurs redoutant que la cherté du pétrole ne vienne étouffer la reprise économique.

Il semble que sur le court terme, la Bourse doive ainsi évoluer en fonction du marché pétrolier.

La récente flambée des cours du pétrole ne devrait pourtant pas avoir d'impact important sur l'économie américaine mais elle pourrait, si elle persiste, atténuer la croissance et augmenter l'inflation, a estimé ce jour le président de la Réserve fédérale.

Ben Bernanke, qui s'exprimait devant la commission bancaire du Sénat, a jugé par ailleurs que la reprise économique américaine semblait de plus en plus auto-entretenue.

L'indice Dow Jones a perdu 168,32 points (1,38%) à 12.058,02 points. Le S&P-500 a cédé 20,89 points (1,57%) à 1.306,33. Le Nasdaq Composite a abandonné 44,86 points (1,61%) à 2.737,41.

"Ce sont encore les troubles du Proche-Orient qui mobilisent les esprits", commente Michael Sheldon (RDM Financial). "Tout le monde se demande ce qui se produira pour l'Arabie saoudite".

"Le véritable problème c'est l'essence", dit de son côté Nick Kalivas (MF Global). "Le marché craint de voir l'essence à quatre dollars aux USA".

Témoin de l'anxiété du marché, l'indice de volatilité VIX du CBOE a bondi de 13,3% à 20,79. Cet indice mesure le coût de détention d'options comme protection en cas de baisse de l'indice S&P-500.

Il semble que le marché adopte une position défensive dans la mesure où les secteurs cycliques souffrent le plus, tandis que les secteurs défensifs - "utilities", santé, biens de consommation courante - se défendent bien, comme c'est souvent le cas en période incertaine.

L'indice S&P des biens de grande consommation, en hausse en cours de séance, a toutefois fini lui-même sur une perte de 0,46%, tandis que celui regroupant notamment les valeurs de la chimie a cédé bien plus - 2,30% - et que celui des financières a reculé de 2,18%.

Le recul des financières s'explique aussi par le fait que JPMorgan Chase ait annoncé qu'elle était exposée à des amendes et des frais juridiques onéreux tenant à une enquête de grande ampleur sur les pratiques du secteur bancaire en matière de saisies. JPMorgan Chase a perdu 2,33%.

Aux valeurs des produits de grande consommation, Wal-Mart Stores gagne 0,17% et Coca-Cola prend 1,55%.

Le marché a sinon pris connaissance d'indicateurs donnant un panorama économique mitigé.

Les dépenses de construction ont reculé plus que prévu en janvier, affichant un repli de 0,7% à un rythme annuel de 791,82 milliards de dollars, soit leur plus bas niveau en cinq mois. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient un repli de 0,4% après une diminution de 1,6% en décembre.

L'activité du secteur manufacturier aux Etats-Unis a en revanche enregistré un 19e mois consécutif de croissance en février pour atteindre un nouveau plus haut depuis mai 2004, semblant ainsi confirmer lui aussi l'accélération de la reprise économique dans le pays.

L'indice de l'Institute for Supply Management (ISM) est ressorti à 61,4 en février contre 60,8 en janvier et 58,5 en décembre. Les 75 analystes et économistes interrogés par Reuters tablaient sur un indice à 61,0.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...