Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Confiance en crise avec grèce et empire state

Wall street : Confiance en crise avec grèce et empire state

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'aversion au risque ressurgit brutalement, comme si les opérateurs découvraient avec stupeur que de lourds nuages conjoncturels s'accumulent depuis mars dernier. Cela se traduit par une explosion du 'VIX' (+16,5% à 21,3) et une chute collective de -1,6% des indices US, avec un Dow Jones qui plonge de près de 200Pts avec 100% de ses composantes dans le rouge).

Les commentateurs n'ont maintenant aucune peine à dresser la liste des motifs qui dépriment les marchés, ce sont pourtant exactement les mêmes qu'à la mi-mars ou fin avril (Grèce au bord de la faillite, Etats Unis enferrés dans le piège des déficits, arrêt du 'QE-2', multiplication des signaux de ralentissement économique).

La vraie question, ce n'est pas pourquoi Wall Street efface la quasi totalité de ses gains annuels mais par quel prodige une correction d'intensité équivalente ne s'est pas produite 3 mois plus tôt.

Le Dow Jones (-1,5%) s'enfonce sous les 11.900Pts, le 'S&P' et le Nasdaq dévissent de -1,75% (avec 97% de titres en repli sur le 'Composite' et le S&P-500). Alors que le discours dominant début juin était encore: achetez sans hésiter, le rebond est pour bientôt, les actions sont si 'bon marché'... voilà que le doute s'installe dans les esprits.

Et si les 7 semaines de repli consécutif -un scénario sans précédent depuis une décennie- s'achevaient par une capitulation massive et généralisée des indices boursiers ? La rechute de l'euro (-2% face au Dollar) trahit un débouclement massif des opérations de 'carry trade': la peur de voir la zone Euro subir de profondes mutations de façon imminente (et peut être une désagrégation) confère soudain au Dollar un rôle de valeur refuge.

Les européens se sont avérés incpables d'avancer sur le plan de sauvetage de la Grèce: il va devenir de pus en plus difficile d'éviter que toute initiative de restructuration de la dette ne soit assimilée à un 'défaut de crédit'... et les grecs sont au bord de la révolte contre les mesures d'austérité et de privatisations (ce qui contraint Mr Papandreou à remanier dans l'urgence son gouvernement).

Les images d'émeutes en provenance d'Athènes ont achevé de déstabiliser Wall Street. A 48H de la journée des '4 sorcières', les rangs des optimistes sont plus que clairsemés: pour beaucoup, c'est comme si le sol s'était ouvert sous leurs pieds avec de surcroît la publication d'un très mauvais 'Empire State' (indice d'activité de la FED de New York) qui ressort à -7,8 ce en juin contre 11,9 en mai (bien loin des 12 anticipés par les économistes).

Cet indice n'était plus retombé en-dessous de zéro depuis novembre 2010 ! Mais il y a pire: le sous-indice des nouvelles commandes et des livraisons évolue désormais en deçà du niveau zéro, celui de l'emploi plonge de 24,7 vers 10,2 et l'indice des perspectives d'activité à un horizon de six mois dégringole de 52,7 vers 22,5. Du côté de l'immobilier, la dégradation s'accélère avec l'indice NAHB qui crève le plancher des 16 (qui tenait depuis 3 mois) pour s'enfoncer vers un record de faiblesse à 13.

Parmi les plus lourds dégagements observés mercredi soir, on notait Memc -5,1%, Baidu -4,6%, Seagate -4,5%, Cognizant -4,1%, Micron -3,9%, E-Trade et Juniper Networks -3,7%, E-Bay -3,6%, Flextronics -3,1%, Adobe -3%, Oracle -2,8%, Qualcomm -2,6%, Yahoo -2,5%, Intel et Microsoft -1,8%, Apple -1,65%. Les parapétrolières ont suivi le baril de pétrole (-4% à 95,3$) et le secteur a chuté de -2,5% en moyenne. Lourd repli également des promoteurs et constructeurs de maisons individuelles (-3% en moyenne).

Le seul rayon de soleil est venu de l'introduction très réussie de Pandora qui grimpe de +9% en clôture (après +20% à l'ouverture, ce qui valorise cette radio sur Internet à 2,5Mds$, alors que la société continue de perdre de l'argent).

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...