Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Clôture stable, 7 banques us dégradées par s&p

Wall street : Clôture stable, 7 banques us dégradées par s&p

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street semble s'être appliqué à reproduire le plus fidèlement possible le parcours des places européennes quelques heures auparavant. Une hausse initiale de près de 0,8% en matinée; les indices ont fléchi à la mi-séance avant de se redresser de +0,6% l'heure café... avant de recéder une bonne partie de leurs gains en toute fin de séance.

La clôture s'avère cependant 'globalement positive' pour les indices 'historiques' mais par solde, il serait plus juste de parler de bilan équilibré. Le Nasdaq se singularise par un repli de -0,47% qui n'est que partiellement compensé par la hausse de +0,22% du 'S&P' et de +0,28% du Dow Jones (qui n'est pas parvenu sur le fil à demeurer positif sur l'année 2011, tandis que le Nasdaq-100 rebascule dans le rouge en terminant sous les 2.218Pts, soit -0,45% sur l'année 2011).

Les acheteurs avaient pris en main la tendance vers 16H grâce à une 'divine surprise': en l'occurence, un bond spectaculaire de +15Pts de la confiance des consommateurs mesurée par le Conference Borad (dont le baromètre s'envole de 40,9 vers 56, c'est le plus gros écart de cette nature depuis 2003 !).

Ni une amélioration du marché du travail, du secteur immobilier (nouveau recul de 0,6% du prix des maisons en septembre) ou des revenus aux Etats Unis n'explique cette évolution pour le moins inespérée du moral des ménages: elle serait liée à la baisse des prix des carburants... un argument qui peut laisser songeur, à moins que les américains n'aient plus que ce seul souci en tête tant leurs fins de mois sont difficiles.

Quelques heures plus tard tombait le résultat d'une autre enquête qui jette un éclairage tout à fait différent sur l'économie américaine, pour ne pas dire diamétralement opposé: l'indice de confiance des chefs d'entreprise US chute de 59,5 vers 45 au 3ème trimestre 2011 (quasiment -15Pts, étrange hasard), c'est à dire un point en dessous de celui mesuré en Europe (qui s'établit à 46).

Il reste à élucider pourquoi les ménages et les chefs d'entreprises affichent des 'sentiments' aussi divergents: question de méthodologie ou phénomène d'illusion (ou de désillusion collective) ?

Pour ne rien arranger, Wall Street a dû encaisser le choc de la mise sous la protection de la loi 'chapitre 11' sur les faillites d'American Airlines. Le titre s'est effondré de -83,5% après plusieurs suspensions de cotations: une lourde restructuration s'annonce pour cette compagnie et des milliers d'emplois seront probablement supprimés, réduction des coûts de structure oblige... en attendant les créanciers et fournisseurs devront patienter avant d'être payés, les actionnaires eux sont rincés.

Enfin, peu après la clôture, la chaîne CNBC annonçait que Standard & Poors dégrade d'un cran la notation de 37 banques US dont Goldman Sachs, Citigroup, Bank of America, Wells Fargo, JP-Morgan (les valeurs financières ont reculé de -2% en moyenne ce mardi).

Le Nasdaq a été plombé par les replis de Netflix -3,4%, Citrix, Amazon et E-Bay -3%, Symantec -2,9%, Broadcom -2,8%, Flextronics et Sirius XM -2,5%

Le 'S&P' a de son côté été soutenu par la progression des valeurs de la distribution telles que Home Depot +5,3%, Best Buy +5,2%, Lowes +4%, Big Lots +3,6%, Dollar Tree +3,3%.

Malgré une actualité plutôt sombre aux Etats Unis (sauf le baromètre très subjectif du 'conf'board'), le Dollar ne perd pas de terrain face à l'Euro (il était même remonté jusque vers 1,3290 avant de revenir vers 1,3320$, après avoir reculé jusque vers 1,3420 vers 11H mardi matin).

Le pétrole a vu son cours rebondir de +1,3% vers 99,5$, les investisseurs se tournent vers des actifs 'concrets' alors que les marchés obligataires se repliaient partout en occident.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...