Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Calque sa hausse sur celle des places d'europe

Wall street : Calque sa hausse sur celle des places d'europe

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street nous a offert un 'copier/coller' de la séance euphorique observée en Europe: les indices US ont brusquement doublé leurs gains en fin de matinée après un entame un peu timide: les mêmes algorithmes ont probablement été utilisés pour piloter les indices à la hausse. Le Dow Jones prend 1,45% et re-franchit le seuil des 13.000Pts (à 13.075Pts), le 'S&P' gagne +1,9% à 1.387Pts (record du 19 juillet pulvérisé) et le Nasdaq grimpe de +2,25% à 2.958Pts (à 2% de son zénith annuel, dans le sillage d'Expédia avec ses +20%).

Les principaux indices se retrouvent tous au-delà de leur zénith 2011... alors que les résultats publiés cette année sont inférieurs -récession oblige en Europe- à ceux du 'T2' 2011. Il y a moins de profits, la conjoncture mondiale ralentit mais le marché se paye plus cher: les analystes martèlent le même argument depuis 2009... les taux si sont si bas qu'il n'y a pas d'autre choix que d'aller chercher du rendement sur les actions.

Mais ce leitmotiv est usé jusqu'à la corde... mais heureusement, la grosse ficelle du 'QE-3' entretient la fibre haussière du marché depuis le début de l'année (pratiquement chaque fois qu'une mauvaise 'stat' déçoit les marchés). Mais en cette fin de semaine, il se greffe sur la foi inébranlable dans l'idée que la FED soutiendra toujours Wall Street l'espoir que les Européens vont enfin s'attaquer à la résolution de la crise avec des moyens 'efficaces' (que l'Allemagne a toujours refusé de voir utilisé par la BCE, ainsi que tout instrument permettant de monétiser les dettes souveraines). Or les marchés ont été incités à penser ces dernières 48H que ce pourrait finalement être le cas... mais alors, pourquoi ne pas l'avoir fait avant, pour éviter que l'Europe s'enfonce dans la récession et les populations du sud dans la déprime et le chômage de masse.

Avoir laissé l'Europe sombrer de la sorte semble tellement absurde -si les moyens d'en sortir existent- qu'il faut se demander si les marchés ne s'envolent pas sur un gros 'coup de bluff' après avoir frôle l'abîme en milieu de semaine. Les déclarations 'la main sur le coeur' de Draghi et 'Merkhollande' font forte impression mais les problèmes du moment sont loins d'être résolus.

Peu importe, l'effet d'annonce a bien fonctionnée: la machine à tirer les cours a été remise en marche, le rouleau compresseur à la hausse a poursuivi son travail jusqu'au coup de cloche final.

Les statistiques macroéconomiques du jour (PIB inchangé à +1,5% et confiance des consommateurs du Michigan pour juillet conforme aux attentes) n'ont eu aucun impact sur les cours car elles sont totalement éclipsées par les profession de foi des élites européennes des dernières 48H. Les grands gagnants du jour sont les titres parapétroliers, les technos (à l'exception notable de Facebook qui chutait de -11% à 23,7$), les matériaux de base, les bancaires (+3% en moyenne) dans le sillage de leurs homologues européennes.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...