Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Beaucoup d'instabilité, effet Yellen insuffisant

Wall Street : Beaucoup d'instabilité, effet Yellen insuffisant

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street a connu une séance décousue avec une alternance de phases haussières et de coups de déprime (pas toujours facile à relier à une 'actualité' identifiable).
Les marchés ont salué en fin de matinée l'initiative de Barack Obama qui souhaitait discuter avec des élus de l'opposition Républicaines (certains d'entre eux refusant de se prêter à cet exercice, faute de nouvelles propositions concrètes à négocier).
La hausse s'est affirmée avec l'officialisation par Barack Obama de proposer la candidature de Janet Yellen pour prendre la tête de la Réserve fédérale.
Wall Street a toutes les raisons d'approuver un tel choix puisque la Vice-Présidente de la FED est une fervente partisante des injections monétaires pour soutenir la croissance et l'emploi (ce qu'elle s'est empressée de rappeler ce mercredi soir), jugeant la question de l'inflation subalterne dans les circonstances actuelles.
Mais alors que le Dow Jones gagnait plus de 0,5% et le 'S&P' +0,35% vers 21H... tous ces gains ont été reperdus au cours des 45 minutes précédant la clôture.
Il s'est alors produit un ultime rebond de dernière minute et le Dow Jones a grappillé 0,18% tandis que le 'S&P' affichait +0,03%.
Le Nasdaq, demeuré dans le rouge toute la séance a cédé au final -0,46%, le Russel-2000 -0,35%.

Le 'fil rouge' de cette séance, ce fut la publication des 'minutes' de la dernière réunion de la Fed (FOMC) qui s'était tenue les 17 et 18 septembre.

Une majorité de membres se serait prononcée pour réduire le 'QE3' dès cette année et d'achever l'extinction mi-2014.
C'est une posture médiane car certains -comme Mr Fisher- voulaient y mettre un terme bien avant le milieu de 2014, tandis que le Président de la FED de Boston -Mr Rosengren- aurait bien vu le 'QE-3' être prolongé jusqu'à fin 2014, voir plus longtemps encore.

Mais globalement, Wall Street a joué la carte de la prudence, et beaucoup jugent qu'un repli 'stratégique' est de nature à contraindre le Congrès à dépasser les querelles idéologiques pour parvenir à un accord sur le relèvement du plafond de la dette (pour 1 an si possible comme le souhaite Barack Obama).

La vedette de cette journée boursière, ce fut Hewlett Packard avec +8,9% (à 22,6$) alors que Meg Whitman (la dirigeante du groupe) entrevoit une amélioration des ventes et l'émergence d'une dynamique plus positive.

Anoter également la hausse d'Alcoa +2,1% après la publication mardi soir d'un profit trimestriel deux fois supérieur aux attentes (à 0,11$ contre 0,05$).

Le Nasdaq a lui été plombé par les replis de Fastenal -6,3%, Sears -5,5%, Netflix -4,6%, Tesla -3,4%, Alexion -2,5%, Juniper -1,8%, Amazon -1,7%, Nvidia -1,6%, Citrix -1,4%, Qualcomm -1%.
La lanterne rouge du 'S&P' fut sans surprise Yum Brands (-7,5%) après un 'profit warning' lié aux déboire de la filiale KFC.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...