Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Affecté -mais marginalement- par l'Ukraine

Wall Street : Affecté -mais marginalement- par l'Ukraine

tradingsat

(CercleFinance.com) - Plombé -le terme est un peu fort- par le climat géopolitiques (les 'bruits de botte' en Ukraine n'ont vraiment pesé que sur les places européennes), Wall Street en termine sur une consolidation marginale (-0,25% pour le 'Dow' et le Nasdaq', à l'issue d'une période de stagnation de 4 heures (le 'S&P' qui s'effrite de -0,16% est resté enfermé au sein d'une fourchette 1.996 et 1998Pts entre 18H et 22H01).

Après la traditionnelle période de digestion de l'actualité des 2 premières heures (à la baisse ce jeudi alors que cela avait été à la hausse lundi, mardi et mercredi), le marché US s'est mis en mode 'électroencéphalogramme plat' pour la 4ème séance consécutive.

Phénomène plus troublant, les volumes ne cessent de se contracter régulièrement depuis 10 jours (de hausse consécutive, excepté la consolidation de ce jeudi), et cela s'est confirmé ce soir avec seulement 315 millions de titres échangés sur le 'S&P' contre 422 millions le 18 août.
La 1ère séquence de rebond entre 1.905 et 1.950Pts du 7 au 14 août avait donné lieu à la même décrue de l'activité au fil de la remontée des cours.

Plus les indices montent, moins il y a d'acheteurs alors qu'historiquement -et classiquement- c'est l'inverse qui se produit.
C'est tout le paradoxe d'un marché qui croule sous les liquidités: dès que la tendance redevient positive, les vendeurs se mettent 'off', tant les opérateurs ont pris l'habitude de s'écarter de la route du bulldozer haussier.
Les statistiques du jour (toutes positives et supérieures aux anticipations) n'ont eu que peu d'impact sur la tenue des indices US: l'économie américaine a rebondi de 4,2% en rythme annualisé au deuxième trimestre 2014 selon le Département du Commerce, qui avait annoncé cette croissance à +4% en première estimation.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont légèrement diminué aux Etats-Unis lors de la semaine du 23 août, à 298.000 contre 299.000 (révisé) selon le Département du Travail (contre 300.000 attendu).

Enfin, les promesses d'achat de logements neufs ont bondi de +3,3% en juillet (un zénith de 11 mois), alors que les taux hypothécaires à '30 ans' demeurent au plancher, vers 4,10% (niveau d'emprunt très incitatif).

Ce soir, les T-Bonds à '10 ans' ont fini en hausse à 2,34% (après avoir égalé le record annuel établi à 2,32% début août, contre 3,05% début janvier).
En ce qui concerne les titres du S&P500, volatilité quasi nulle avec une absence inhabituelle d'écarts supérieurs à 2%, à la hausse comme à la baisse.
Les deux exceptions les plus notables ont concerné Abercrombie & Fitch (-5,3%) dont le volumes des ventes au deuxième trimestre a lourdement chute (les profits ont en revanche été maintenus) puis Guess qui a plongé de -8,8% avec des craintes sur la dégradation des résultats d'ici fin 2014.


Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...