Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : A wall street, la bce est la priorité de la rentrée

Wall street : A wall street, la bce est la priorité de la rentrée

Wall street : a wall street, la bce est la priorité de la rentréeWall street : a wall street, la bce est la priorité de la rentrée

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - La trêve estivale terminée, Wall Street devrait voir les volumes d'échange repartir à la hausse au cours des prochains jours dans l'espoir que la Banque centrale européenne (BCE) donnera jeudi suffisamment d'indices sur ses intentions en matière de soutien à la zone euro.

Le président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, a réaffirmé vendredi que la banque centrale était prête à agir pour soutenir l'activité mais il s'est bien gardé de préciser quelle forme pourrait prendre son intervention. Ses propos ont néanmoins permis aux grands indices américains de terminer en nette hausse.

Le discours de Ben Bernanke, prononcé lors de la réunion des banquiers centraux de Jackson Hole (Wyoming), "correspondait à ce que nous attendions: il a laissé la porte ouverte mais n'a rien annoncé d'explicite. Il n'a pas l'intention de prendre les devants sur la réunion de son propre FOMC", a commenté Liz Ann Sonders, responsable de la stratégie d'investissement de Charles Schwab, en référence au comité de politique monétaire de la Fed.

Les investisseurs attendent désormais les déclarations que fera jeudi Mario Draghi, le président de la BCE, à l'issue de la réunion mensuelle de l'institution.

Pour Mario Draghi, le plus dur semble être de surmonter l'opposition de la Bundesbank allemande à des rachats d'obligations souveraines, qui passent pour avoir conduit le président de la Buba, Jens Weidmann, très près de la démission selon le quotidien Bild.

Le FOMC (Federal Open Market Committee) se réunira les 12 et 13 septembre; entretemps, la Cour constitutionnelle allemande se sera prononcée sur la compatibilité du Mécanisme européen de stabilité (MES) avec le droit allemand, une décisions susceptible d'influencer les projets de la BCE.

"D'ici la mi-septembre, nous serons focalisés sur la BCE, même si la prochaine réunion du FOMC intervient à peu près au moment où la Cour allemande se réunit, donc il y aura du nouveau sur ces deux fronts. Les nouvelles d'Europe auront plus d'influence sur les marchés que les nouvelles nationales, à l'exception du rapport sur l'emploi", estime Liz Ann Sonders.

AUX ETATS-UNIS, L'EMPLOI DOMINE L'AGENDA

Le département américain du Travail doit annoncer vendredi le chiffre des créations d'emploi en août. Ben Bernanke a souligné vendredi que la lenteur de la baisse du chômage était l'une des principales faiblesses de l'économie américaine.

"A moins d'une forte dégradation du marché du travail, ce que n'indiquent pas nos chiffres, la Fed restera sur la touche, prête à agir uniquement si la situation devient vraiment grave", explique Steve Blitz, chef économiste d'ITG Investment Research à New York.

Les économistes interrogés par Reuters prévoient en moyenne 125.000 créations d'emplois non-agricoles pour le mois d'août après 163.000 annoncées pour juillet.

Même si ce dernier chiffre a alimenté l'espoir d'une amélioration après trois mois sous la barre des 100.000 créations de postes, la remontée du taux de chômage à 8,3% a entretenu l'espoir d'une nouvelle intervention de la Fed.

"Le Livre beige rédigé dans l'optique de la réunion des 12-13 septembre du Federal Open Market Committee (FOMC) offre peu d'éléments montrant une amélioration substantielle de la situation générale du marché du travail jusqu'au 20 août", note Andrew Wilkinson, responsable de la stratégie de Miller Tabak, e rappelant que les inscriptions au chômage ont évolué en dents de scie cet été.

Parmi les principaux indicateurs attendus au cours des prochains jours figurent les indices ISM d'activité dans l'industrie (mardi) et les services (jeudi), les chiffres révisés de la productivité au deuxième trimestre (mercredi) et l'enquête mensuelle ADP sur l'emploi privé (jeudi).

Sur la semaine écoule, l'indice Dow Jones a perdu 0,51%, le S&P 500 0,32% et le Nasdaq 0,09%. Le mois d'août se solde néanmoins par une hausse de 0,63% pour le Dow, de 1,98% pour le S&P 500 et de 4,34% pour le Nasdaq, sa meilleur performance mensuelle depuis février.

L'agenda des indicateurs américains:

Marc Angrand pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...