Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Vers une prolongation de l'interdiction des ventes à découvert ?

Marché : Vers une prolongation de l'interdiction des ventes à découvert ?

Vers une prolongation de l'interdiction des ventes à découvert ?Vers une prolongation de l'interdiction des ventes à découvert ?

MILAN (Reuters) - Les régulateurs boursiers en Italie, en France, en Espagne et en Belgique envisagent de prolonger l'interdiction des ventes à découvert pendant un mois supplémentaire jusqu'à fin septembre, rapporte jeudi un journal italien.

Cette interdiction a été émise le 12 août dernier afin de limiter la forte volatilité des marchés, notamment des valeurs financières.

Elle a été initialement instaurée pour une durée de 15 jours en Italie, en France et en Espagne et ne concerne qu'une liste de valeurs financières. En Belgique, quatre titres financiers sont concernés pour une période indéterminée.

Les ventes à découvert sont un pari sur la baisse des cours et consistent à emprunter des titres pour les revendre en espérant les racheter ultérieurement moins cher et empocher la plus-value.

Les autorités boursières de ces quatre pays ont décidé de prolonger cette interdiction pour un mois supplémentaire, selon le journal italien Il Messaggero, qui ne cite pas ses sources.

Une porte-parole de l'Autorité des marchés financiers (AMF) a fait savoir que l'AMF communiquerait après la clôture de la Bourse sur l'interdiction des ventes à découvert en France.

En France toujours, le Crédit Agricole, par la voix de son directeur général Jean-Paul Chifflet, s'est dit favorable à un prolongement de l'interdiction "pour quelques temps".

La Consob italienne se réunira jeudi et devrait entériner cette mesure, écrit encore Il Messagero.

Une porte-parole du gendarme boursier espagnol, la CNMV, a pour sa part déclaré qu'aucune décision n'avait pour le moment été prise. "Ce que je peux confirmer, c'est que tous les pays concernés ont entamé des discussions, également avec l'Autorité européenne des valeurs mobilières pour savoir s'il faut lever l'interdiction ou la prolonger", a-t-elle précisé.

La FSMA belge a pour sa part souligné qu'il était inutile de prolonger l'interdiction en Belgique, celle-ci étant de durée indéterminée.

Nigel Tutt à Milan, Judy MacInnes à Madrid, Philip Blenkinsop à Bruxelles, Blaise Robinson à Paris et Huw Jones à Londres; Catherine Monin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...