Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Un ministre sud-africain fustige le choix de lagarde au fmi

Marché : Un ministre sud-africain fustige le choix de lagarde au fmi

Un ministre sud-africain fustige le choix de lagarde au fmiUn ministre sud-africain fustige le choix de lagarde au fmi

JOHANNESBOURG (Reuters) - Le soutien apporté par les pays riches à la candidature de Christine Lagarde pour la direction générale du FMI va à l'encontre de la volonté affichée par les pays du G20 d'ouvrir la sélection à d'autres types de candidats, a dit lundi le ministre des Finances sud-africain.

Certains pays moins développés, comme l'Afrique du Sud, ont ouvertement critiqué la position des dirigeants de l'Union européenne (UE), qui ont estimé que le prochain directeur général du Fonds monétaire international (FMI) doit être européen, comme le veut une tradition officieuse qui remonte à la création du Fonds, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Les dirigeants du G8 soutiennent à l'unanimité la candidature de la ministre française des Finances Christine Lagarde à la direction générale du Fonds monétaire international, avait déclaré dimanche le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé.

"Les pays du G8 sont membres du G20, et dans le cadre du G20 (...) les Etats se sont entendus sur un processus (de succession) très différent du processus traditionnel, qui serait basé sur la transparence, l'ouverture, le mérite, sans condition de nationalité", a dit Pravin Gordhan sur la radio SAFM.

"Et bien avant la date butoir du dépôt des candidatures le 10 juin, on observe déjà que les ententes traditionnelles se nouent lors de négociations auxquelles les économies émergentes ne participent pas. Donc oui, je suis en effet surpris."

Le nom de l'ancien ministre des Finances sud-africain Trevor Manuel a circulé comme potentiel candidat à la succession de Dominique Strauss-Kahn, inculpé de tentative de viol aux Etats-Unis.

Outre Christine Lagarde, le seul autre candidat pour l'instant déclaré est le gouverneur de la banque centrale du Mexique, Agustin Carstens.

Stella Mapenzauswa, Catherine Monin pour le service français, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...