Bourse > Actualités > Points de marché > Tokyo : La Bourse de Tokyo se replie après la dévaluation du yuan

Tokyo : La Bourse de Tokyo se replie après la dévaluation du yuan

Tokyo : La Bourse de Tokyo finit en baisse de 0,42%Tokyo : La Bourse de Tokyo finit en baisse de 0,42%

TOKYO (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini en baisse mardi après l'annonce surprise d'une dévaluation de 2% du yuan chinois, effaçant ses gains de la veille.

L'indice Nikkei a cédé 87,94 points, soit 0,42%, à 20.720,75 points et le Topix, plus large, a perdu 3,69 points ou 0,22% à 1.687,60.

Le Nikkei, en hausse de 0,7% le matin, s'est rapproché des 20.952 points, son plus haut de 18 ans et demi atteint en juin, avant de succomber à des prises de bénéfice à l'annonce de l'élargissement de la bande de fluctuation du yuan.

Le Topix avait de son côté atteint un nouveau plus haut de huit ans à 1.702,83 avant d'effacer ses gains.

"Cela ressemble fort à des prises de bénéfice. Le marché va prendre le temps de digérer la nouvelle", dit Michiro Naito, responsable des dérivés actions chez JP Morgan à Tokyo, à propos de l'élargissement de la bande du yuan.

La dévaluation du yuan est à double tranchant pour les valeurs japonaises. Elle peut soutenir la Bourse de Tokyo en contribuant à relancer l'économie chinoise, mais elle vient aussi compromettre les efforts du gouvernement japonais pour faire baisser sa propre devise.

La décision de la Chine a pesé sur l'ensemble des marchés asiatiques en dehors de la Chine et l'indice MSCI de l'Asie-Pacifique hors Japon a touché un plus bas d'un an et demi à 440,01, en repli de 0,9%.

A Tokyo, les prises de bénéfice ont pénalisé les secteurs qui s'étaient bien comportés dernièrement comme l'alimentation (-1,5%) ou la pharmacie (-0,5%).

Les valeurs japonaises exposées à la Chine ont en revanche rebondi dans l'espoir d'une amélioration de la demande de ce pays. L'indice sectoriel de la sidérurgie s'est adjugé 2,2%, avec des gains de 3,03% pour JFE Holdings et de 2,38% pour Nippon Steel & Sumitomo Metal.

Malgré cette réaction, le compartiment de la sidérurgie reste en baisse depuis le début de l'année et Hiroshi Ono, directeur des investissements chez Sumitomo Life, ne croit pas à un rebond durable.

"On a du mal à croire que les autorités chinoises vont tout à coup viser une croissance supérieure à 7%. Ces valeurs liées à la Chine vont être achetées pendant un petit moment mais ce ne sont pas elles qui tireront le marché", estime-t-il.

"Avec le Topix à 1.700 points, le marché va peut-être marquer une pause mais, du point de vue des fondamentaux, il reste soutenu par les résultats solides publiés jusqu'ici par les sociétés japonaises", ajoute-t-il.

(Hideyuki Sano et Joshua Hunt, Véronique Tison pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...