Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Timide amélioration du moral des ménages en mai

Marché : Timide amélioration du moral des ménages en mai

Timide amélioration du moral des ménages en maiTimide amélioration du moral des ménages en mai

PARIS (Reuters) - Le reflux des craintes suscitées par la hausse des prix et le chômage ont permis aux ménages français de reprendre un peu confiance en mai, montre jeudi l'enquête mensuelle de l'Insee.

L'indicateur synthétique de la confiance des ménages est en hausse d'un point à 84. Dix-sept économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre inchangé par rapport à avril à 83.

Tombé à 77 en octobre 2008, ce baromètre du moral des consommateurs était remonté à 91 début 2010 et se situait à 89 en novembre. Il évolue depuis septembre 2007 en dessous de sa moyenne historique de 100.

Le timide rebond observé en mai s'explique avant tout par l'amélioration de l'opinion des consommateurs sur l'évolution de l'emploi et de l'inflation, montre le détail de l'enquête.

Le solde des opinions sur l'évolution du chômage s'améliore de huit points et retrouve sa moyenne de longue période, tandis que celui sur l'évolution des prix reflue de 15 points, tout en restant nettement au-dessus de sa tendance historique.

Le chômage a reculé en avril pour le quatrième mois consécutif selon les statistiques officielles publiées mercredi (voir ) et l'envolée des prix, à la pompe notamment, s'est modérée après le boom de la fin 2010 et du début 2011, même si l'inflation reste supérieure à 2%.

UNE CONSOMMATION "FRAGILE"

"Il faudra voir dans les mois qui viennent comment évolue l'inquiétude sur les prix", explique Frédérique Cerisier, économiste de BNP Paribas. "S'il se confirme que les ménages sont moins inquiets, ce sera une bonne chose car les prix sont certainement leur principal souci à l'heure actuelle."

Si leur opinion sur leur situation financière personnelle future progresse légèrement (+1 point), "les ménages sont plus optimistes sur le niveau de vie passé et futur en France", précise l'Insee dans un communiqué.

Les soldes correspondants gagnent respectivement deux et six points. Mais ils restent inférieurs à leur moyenne historique, et leur redressement n'augure pas forcément d'une hausse des dépenses de consommation, déjà handicapées ces derniers mois par la hausse des prix et la fin de la prime à la casse automobile.

"La proportion de consommateurs qui disent avoir l'intention de réaliser des achats importants - le solde le plus étroitement lié à la consommation des ménages - est tombé à son plus bas niveau depuis avril 2009", souligne Joost Beaumont, économiste d'ABN Amro.

"C'est cohérent avec notre prévision d'une consommation probablement fragile au cours des prochains trimestres, car l'accélération récente de l'inflation et la consolidation budgétaire vont se faire sentir."

La consommation des ménages a augmenté de 0,6% au premier trimestre selon les estimations de l'Insee, une progression trois fois inférieure à celle de l'investissement des entreprises.

Marc Angrand, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...