Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Suisse-nouveau vol de données sensibles chez julius baer

Marché : Suisse-nouveau vol de données sensibles chez julius baer

Suisse-nouveau vol de données sensibles chez julius baerSuisse-nouveau vol de données sensibles chez julius baer

ZURICH (Reuters) - La banque d'affaires suisse Julius Baer a été victime d'un nouveau vol de données concernant des clients qui pourraient avoir cherché à tirer parti du secret bancaire suisse au détriment du fisc allemand, a déclaré dimanche le président de son directoire au SonntagsZeitung.

"Selon nos informations, c'est le cas", a dit Boris Collardi au journal dominical allemand.

"Dans le cadre d'un contrôle approfondi et après une enquête interne nous avons récemment découvert un cas d'utilisation abusive de données et nous avons été en mesure d'identifier l'auteur présumé de ce vol."

La question de l'évasion fiscal dont certains citoyens allemands se rendraient coupables est eu centre d'un litige qui oppose la République fédérale allemande à la Confédération helvétique. Selon certains responsables, Berlin aurait utilisé des données volées pour appuyer ses accusations, suscitant la colère de Berne.

Les deux pays ont conclu un accord destiné à mettre fin au différend qui oppose les deux pays. Une taxe rétroactive a été imposée sur les fonds non déclarés, mais le secret bancaire suisse est préservé.

Cet accord n'a toujours pas passé le test du vote des parlementaires allemands. Les sociaux-démocrates du SPD ne semblent d'ailleurs pas prêts à le valider car ils l'estiment trop clément à l'égard des fraudeurs.

Selon le SonntagsZeitung, les données volées se sont retrouvées dans les mains d'enquêteurs du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie et le responsable du vol aurait été rémunéré pour un montant resté secret.

Le suspect, un employé de la banque travaillant dans la ville de Zurich, a depuis été arrêté. Il aurait agi seul.

L'année dernière, Julius Baer a accepté de verser 50 millions d'euros à l'Allemagne afin de mettre fin à une enquête. En contrepartie, Berlin a promis de cesser d'utiliser des données volées.

Catherine Bosley, Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...