Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Soldes et automobile ont soutenu la consommation en février

Marché : Soldes et automobile ont soutenu la consommation en février

Soldes et automobile ont soutenu la consommation en févrierSoldes et automobile ont soutenu la consommation en février

PARIS (Reuters) - Un double effet retard, celui de la prime à la casse automobile et le décalage des soldes par rapport à 2010, a dopé la consommation des ménages français en produits manufacturés en février mais les prochains mois pourraient être plus délicats.

La consommation en produits manufacturés a augmenté de 0,9% le mois dernier, après un recul de 0,3% en janvier, montrent les statistiques publiées mardi par l'Insee.

Dix-sept économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une hausse de 0,4% de la consommation en février après la baisse de 0,5% annoncée initialement pour janvier. Leurs estimations s'échelonnaient entre -0,5% et +1,5%.

Sur un an, la consommation des ménages français affiche une hausse de 5,5% en février, la plus marquée en rythme annuel depuis décembre 2009.

Le rebond de février reflète entre autres une hausse de 1,0% des achats d'automobiles après une chute de 6,4 % en janvier.

"Leur maintien à un haut niveau s'explique par l'effet retardé des nombreuses commandes de fin d'année dernière pour bénéficier de la prime à la casse avant la fin du dispositif", précise l'Insee.

En clair, une partie des commandes de voitures enregistrées au cours des dernières semaines de 2010 n'a été effectivement livrée et payée qu'en février.

Les achats de biens d'équipement du logement sont restés soutenus, en hausse de 0,9% en février après +2,5% le mois précédent, ce qui peut s'expliquer, outre les soldes, par l'arrêt de la télévision analogique en Ile-de-France.

L'INFLATION RISQUE DE PESER

Quant aux achats de textile-cuir, ils affichent un bond de 4,2% après un recul de 1,4% en janvier.

"Ce chiffre ne dénote cependant pas un changement de fond dans la conjoncture du secteur, mais reflète plutôt le calendrier des soldes", estime Alexander Law, chef économiste du cabinet d'études Xerfi, qui parle de "cocktail euphorisant" à propos du double effet soldes-prime à la casse.

Cette euphorie pourrait donc être de courte durée: le moral des ménages s'est dégradé en mars, en raison principalement de la montée des craintes liées à l'inflation. Et ce facteur prix se concrétisera dès vendredi par une hausse de 5,2% des tarifs réglementés du gaz.

Les dépenses des ménages en "autres produits manufacturés", qui représentent 40% environ du montant total de la statistique, ont reculé de 0,3% le mois dernier.

Pour Joost Beaumont, économiste d'ABN Amro, "il faudra donc attendre les chiffres des prochains mois pour disposer d'un tableau plus clair de l'état d'esprit du consommateur".

"Nous nous attendons à une stabilisation des dépenses à un niveau plus modéré au cours des trimestres à venir car la consolidation fiscale, la situation toujours affaiblie du marché du travail et la hausse de l'inflation vont laisser des traces."

La consommation des ménages en produits manufacturés représente environ un tiers de la consommation privée en France.

Marc Angrand, avec Vicky Buffery, édité par Patrick Vignal

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...