Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Séance catastrophique, plongeon des valeurs bancaires !

Marché : Séance catastrophique, plongeon des valeurs bancaires !

Séance catastrophique, plongeon des valeurs bancaires !Séance catastrophique, plongeon des valeurs bancaires !

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris a vécu jeudi sa pire séance depuis la crise des 'subprimes', affolée par une nouvelle série d'indicateurs macroéconomiques décevants aux Etats-Unis qui n'ont fait que renforcer les craintes sur la croissance mondiale, dont les prévisions ont été abaissées par Morgan Stanley, déclenchant un véritable vent de panique sur l'ensemble des places boursières.

Wall Street évoluait en nette baisse ce soir, Dow Jones et Nasdaq reculant de respectivement 3,3% et 4%, soit un peu moins que ses consoeurs européennes : le Dax allemand a fini en baisse de 5,8% et le CAC 40 a perdu plus de 5%. Il faudra remonter à décembre 2008, soit quelques mois après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, pour retrouver une chute similaire de l'indice parisien, qui a clôturé ce soir en repli de 5,48% à 3 076 points.

Aucune valeur du CAC 40 n'a survécu à la dégringolade généralisée des marchés financiers. L'action Société Générale a plongé de 12,3% avec l'ensemble du secteur bancaire, affectée par les inquiétudes de la Réserve fédérale américaine sur les liquidités des banques européennes, sur fond de rumeurs persistantes sur sa fragilité supposée. De même, Crédit Agricole a perdu 7,3%, BNP Paribas 6,8% et Natixis 6%. Les valeurs cycliques ont également souffert, à l'image de Peugeot (-9%) et Renault (-8%), tout comme les valeurs réputées défensives comme Hermès (-5%).

Les opérateurs ont tiré la sonnette d'alarme après l'annonce de plusieurs mauvaises nouvelles outre-Atlantique, à commencer par les inscriptions hebdomadaires au chômage qui ont augmenté de manière inattendue. Mais c'est véritablement le plongeon de l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie qui a achevé le marché. L'indice "Philly Fed" a en effet glissé contre toute attente en-deçà de zéro sur le mois d'août, à -30,7, son plus bas niveau depuis mars 2009, contre +3,2 en juillet et -7,7 en juin. La baisse de 3,5% des ventes de logements anciens aux USA sur juillet n'a pas non plus franchement aidé.

Morgan Stanley a jeté un pavé dans la marre ce matin en abaissant une nouvelle fois ses prévisions de croissance du PIB de la zone euro pour 2011 et 2012, à respectivement 1,7% et 0,5%, contre 2% et 1,2% estimés précédemment. Dans une note publiée ce jeudi, les analystes ont également dit tabler sur une croissance du PIB mondial de 3,9% en 2011 (contre 4,2%) et de 3,8% en 2012, au lieu de 4,5%.

La banque d'affaires américaine a évoqué une croissance plus faible que prévu au deuxième trimestre 2011 et "un certain nombre de nouveaux facteurs qui vont probablement peser sur le deuxième semestre" de cette année. Pour enfoncer le clou, le broker a ajouté que les Etats-Unis ainsi que la zone Euro sont désormais "dangereusement proches de la récession"...

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...