Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Samaras demande du temps pour la grèce, merkel prend le sien

Marché : Samaras demande du temps pour la grèce, merkel prend le sien

tradingsat

par Stephen Brown et Annika Breidthardt

BERLIN (Reuters) - Angela Merkel a assuré vendredi au Premier ministre grec Antonis Samaras qu'elle et le président français François Hollande souhaitaient qu'Athènes reste dans la zone euro, mais n'a donné aucun signe de sa volonté d'accorder ou non davantage de temps à la Grèce pour mener des réformes.

Au dirigeant grec qui demandait "du temps pour respirer", la chancelière allemande a répondu qu'aucune décision sur l'aide à la Grèce ne serait prise avant que la "troïka" des créanciers internationaux n'ait rendu son rapport en septembre.

"La Grèce peut compter sur l'Allemagne pour ne pas rendre un jugement prématuré mais (au contraire) attendre d'avoir des éléments concrets, en l'occurrence le rapport de la troïka", a dit Angela Merkel lors de la conférence de presse suivant leur entretien à Berlin.

Angela Merkel a ajouté qu'elle partageait avec le président français, qu'elle a reçu jeudi soir à Berlin, le souhait de voir la Grèce rester dans la zone euro, mais à condition que celle-ci tienne ses engagements de réformes.

"Nous voulons que la Grèce reste dans la zone euro", a-t-elle assuré.

Si la chancelière s'en tient à cette posture de principe, le chef du groupe parlementaire de son parti chrétien-démocrate (CDU), Volker Kauder, a pris moins de pincettes en déclarant, juste avant l'arrivée d'Antonis Samaras à Berlin, que l'aide à la Grèce "ne peut pas être renégociée" et qu'un abandon de la monnaie unique par Athènes "ne serait pas un problème".

"CACOPHONIE" MÉDIATIQUE

Pour ajouter aux interrogations sur l'avenir de la Grèce, l'agence Market News International a écrit vendredi, en citant des sources européennes, que le ministère allemand des Finances se penchait sérieusement sur un plan visant à exiger de la Grèce qu'elle sorte temporairement de l'euro, le temps de remettre de l'ordre dans ses finances publiques.

Le journal populaire Bild a lui invité Antonis Samaras à s'engager personnellement à rembourser les contribuables allemands : "Signez ici, Herr Samaras", exigeait vendredi le tabloïd, de plus en plus dur envers Athènes, à l'image d'une large partie de la presse allemande.

Le Premier ministre grec a déploré au cours de la conférence de presse cette "cacophonie" médiatique, faisant valoir que les spéculations sur la sortie de la Grèce de l'euro risquent de se transformer en prophétie autoréalisatrice en empêchant Athènes de relancer son programme de privatisations.

"Connaissez-vous une entreprise qui voudrait investir en euro dans quelque chose dont il pense qu'elle va revenir à la drachme ?", a-t-il demandé.

Antonis Samaras, qui s'entretiendra avec François Hollande samedi à Paris, s'est surtout efforcé de plaider sa cause en répétant qu'il ne demande pas davantage d'aide, mais du temps pour mener des réformes difficiles et douloureuses, alors que la Grèce est en récession depuis cinq ans.

"TEMPS DE RESPIRATION"

"La Grèce va tenir ses engagements et remplir ses obligations. En réalité, c'est déjà ce qui se produit", a assuré le Premier ministre, nommé en juin à l'issue de deux élections législatives.

"Je veux envoyer trois messages. Un, nous allons obtenir des résultats. Deux, nous sommes en train de combler deux déficits en même temps: un déficit budgétaire et un déficit de confiance dans le pays. Trois, la croissance économique est d'une importance cruciale pour nous permettre de remplir nos obligations."

Antonis Samaras s'est dit certain que le rapport de la troïka illustrerait le fait que le nouveau gouvernement de coalition grec était déterminé à mener les réformes exigées par ses créanciers en contrepartie du deuxième plan de sauvetage octroyé en mars.

"Nous ne demandons pas plus d'argent. Nous demandons des temps de respiration dans cette plongée que nous entreprenons", a-t-il insisté.

Le rapport de la troïka - Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international - est attendu mi-septembre. Les créanciers d'Athènes devront ensuite décider s'ils débloquent la nouvelle tranche d'aide prévue en octobre, et s'ils accordent davantage de temps à la Grèce pour mener les réformes.

Tangi Salaün pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...