Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Rome emprunte à court terme bien moins cher qu'en novembre

Marché : Rome emprunte à court terme bien moins cher qu'en novembre

Rome emprunte à court terme bien moins cher qu'en novembreRome emprunte à court terme bien moins cher qu'en novembre

par Valentina Za

MILAN (Reuters) - L'Italie a emprunté mercredi à six mois à un coût deux fois moindre qu'en novembre, l'injection de liquidités bon marché par la Banque centrale européenne (BCE) et le nouveau plan d'austérité du pays semblant accorder à Rome un répit bienvenu.

Les analystes soulignent toutefois que les tensions sur les marchés pourraient rapidement revenir à la charge, en particulier lors d'une adjudication test jeudi, au cours de laquelle l'Italie proposera jusqu'à 8,5 milliards d'euros d'emprunts à long terme.

Le rendement moyen auquel l'Italie a adjugé neuf milliards d'euros d'emprunts à six mois est ressorti à 3,25%, contre un record de 6,50% inscrit fin novembre.

"Beaucoup de choses ont changé en un mois : le gouvernement a obtenu un vote de confiance pour son plan d'austérité et la BCE est intervenue pour aider les banques", note un opérateur italien du marché obligataire.

"Cela ne signifie pas qu'on peut écarter de nouvelles adjudications problématiques. Les marchés s'agitent facilement".

Les soumissions de l'adjudication de mercredi ont atteint 15,216 milliards d'euros pour cette opération, la demande ayant représenté 1,69 fois l'offre, contre un ratio de couverture d'environ 1,5 fin novembre.

Il s'agit de la première adjudication italienne depuis l'injection par la BCE de 490 milliards d'euros de prêts à trois ans aux banques de la zone euro le 21 décembre, une mesure sans précédent destinée à contrer un possible tarissement du crédit.

L'anticipation d'une solide demande lors de l'opération de la BCE a contribué à une chute toute aussi spectaculaire des coûts d'emprunt à court terme de l'Espagne ce mois-ci.

Le rendement des emprunts à six mois adjugés par Madrid ont été plus que divisés par deux à 2,5% lors d'une adjudication effectuée à la veille de l'opération de la BCE.

Les interrogations sur l'afflux des fonds bon marché à trois ans sur des marchés des fonds d'Etat européens perturbés après l'opération de la BCE ont pesé sur les rendements italiens et espagnols au cours des séances suivantes.

Le rendement des fonds d'Etat italiens à dix ans est brièvement repassé au-dessus du seuil de 7% cette semaine, portant l'écart avec l'emprunt allemand équivalent de référence à plus de 500 points de base.

Mercredi, le rendement est retombé à 6,8%, soit 489 points de base au-dessus du fonds d'Etat allemand.

Pour Peter Chatwell, stratégiste au Crédit agricole, les résultats de l'adjudication de mercredi sont de bon augure pour celle d'emprunts à trois ans de jeudi, même s'il s'est montré moins certain concernant les échéances à 10 ans, qui représentent un meilleur baromètre de l'intérêt des investisseurs internationaux.

"La demande pour le papier à court terme est bonne. Il reste à voir si cela s'étend à des maturités plus longues", souligne-t-il.

L'Italie a consenti un rendement historiquement haut pour la zone euro à 7,56% fin novembre pour des emprunts à dix ans.

LES MESURES DE MONTI ATTENDUES AU TOURNANT

Rome peut compter sur le soutien crucial des petits porteurs obligataires italiens pour les adjudications de bons à court terme, mais les ventes d'emprunts à plus longues échéances restent plus difficiles.

Avec plus de 91 milliards d'euros d'obligations arrivant à échéance au cours des quatre premiers mois de 2012, l'Italie sera confrontée à un début d'année déterminant.

Le parlement a entériné avant Noël le plan d'austérité d'urgence du nouveau gouvernement destiné à restaurer la confiance des marchés.

L'attention des marchés va désormais se reporter sur le programme de réformes du président du Conseil Mario Monti, qui s'est engagé à s'attaquer au problème de la croissance anémique chronique de l'Italie après des années d'inaction de son prédécesseur, Silvio Berlusconi, qui ont conduit le pays au bord du gouffre.

Mario Monti a convoqué un conseil des ministres mercredi pour présenter ses mesures et il pourrait en dire un peu plus jeudi, lors d'une conférence de presse de fin d'année.

Les économistes s'attendent à ce que le plan d'austérité de 33 milliards d'euros de Mario Monti affaiblisse encore davantage la demande intérieure, rendant encore plus pressant le projet du gouvernement de relancer la croissance à travers une série de privatisations sans cesse reportées.

Le Trésor italien a également émis mercredi 1,733 milliard d'euros d'obligations zéro coupon à 24 mois, avec un rendement moyen de 4,85%, en forte baisse par rapport au record de 7,8% observé lors la précédente adjudication il y a un mois.

Le produit de l'opération se situe dans le bas de la fourchette de 1,5 à 2,5 milliards d'euros que visait le Trésor italien, qui fournissait pour la première fois un objectif pour ce type d'obligations.

Cyril Altmeyer pour le service français, édité par Jean Décotte

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...