Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Recul général de l'euro, les doutes reviennent

Marché : Recul général de l'euro, les doutes reviennent

tradingsat

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne était de nouveau mal orientée face au dollar américain ce mardi alors que le sentiment de prudence prenait le pas sur l'optimisme. Ce midi, l'euro cédait encore 0,42% face au dollar à 1,3678 dollar. Il avait déjà cédé 1,04% hier soir.

Un repli était également constaté contre le yen à - 0,63% et 104,9 yens l'euro, le sterling (- 0,26% à 0,8701) et le franc suisse (- 0,11% à 1,2338).

La parité euro/dollar est passée des environs de 1,31 dollar, le 3 octobre, jusqu'à 1,3914 hier matin, avant de refluer. “Les raisons de ce retour sont à chercher dans une probable exagération de la hausse de l'euro la semaine passée par rapport aux derniers développements de la crise des dettes souveraines, dans la baisse de notation de l'Espagne et de nombreuses banques privées”, expliquent les cambistes de la banque genevoise Pictet & Cie.

En outre, l'actualité statistique de la matinée n'est pas brillante. L'indice ZEW du sentiment économique en Allemagne se dégrade pour le huitième mois consécutif, de cinq points à -48,3 points, un niveau inférieur à la prévision des économistes (vers - 45).

L'indicateur s'enfonce en dessous de sa moyenne historique (25,3 points) et il faut remonter à novembre 2008 pour retrouver un chiffre aussi bas. 'Les experts financiers peuvent voir leur craintes devenir réalité, à savoir que la crise des dettes souveraines conduise les entreprises et les ménages allemands à reporter leurs investissements et leurs dépenses de consommation', commente le ZEW.

Les marchés s'inquiètent aussi de la mise sous surveillance par Moody's de la note 'Aaa' de la dette souveraine de la France, considérant que Paris dispose actuellement d'une moindre marge de manoeuvre au niveau de son bilan qu'en 2008.

'La solidité financière du gouvernement s'est affaiblie, comme c'est le cas pour d'autres pays de la zone euro, dans la mesure où la crise économique et financière mondiale a entraîné une dégradation des ratios de la dette de l'État français, désormais parmi les plus bas des pays bénéficiant d'une note 'Aaa', souligne l'agence.

Surtout, “les investisseurs ont réagi très négativement aux propos du ministre allemand des Finances, M. Schäuble, qui a prévenu que le prochain sommet de l'Union européenne, le 23 octobre prochain, n'apporterait pas de solution définitive à la crise de la dette”, résument ce matin les analystes d'Aurel BGC à propos du sentiment qui s'est propagé hier soir sur les marchés et domine toujours ce matin.

“La chancelière allemande, Angela Merkel, a prévenu que 'les rêves de voir la crise terminée dès lundi ne pourront pas se réaliser' a rapporté son porte-parole à Berlin, Steffen Seibert”, rapportent encore les spécialistes.

A titre prospectif, “nous allons vivre une semaine intéressante qui sera dominée par le sommet européen du week-end prochain”, écrit un cambiste nord-européen. “Les déclarations effectuées le week-end dernier par les ministres européens du G20 'Finances” indiquent que les Européens vont prendre une position forte contre la crise de la dette et tenter de la contenir sur plusieurs fronts', ajoute-t-il.

Des rumeurs circulent toujours : une “forte” restructuration de la dette grecque serait envisagée, rapporte l'intervenant, les banques seront recapitalisées et le FESF verra son “enveloppe” élargie. Le pronostic de l'intervenant quant à l'issue du sommet est le suivant : “nous estimons à 55% la probabilité d'une déception, et à 45% la probabilité inverse.”

Cet après-midi, les cambistes prendront connaissance de plusieurs statistiques en provenance des Etats-Unis, comme l'indice des prix à la production pour le mois de septembre (prévision : + 0,2% ; précédent : 0%).

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...