Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Perte au 2e trimestre pour rbs, avec la grèce et de l'irlande

Marché : Perte au 2e trimestre pour rbs, avec la grèce et de l'irlande

Perte au 2e trimestre pour rbs, avec la grèce et de l'irlandePerte au 2e trimestre pour rbs, avec la grèce et de l'irlande

LONDRES (Reuters) - Royal Bank of Scotland a annoncé vendredi une perte imposable de 678 millions de livres (783 millions d'euros) au deuxième trimestre en raison de pertes sur des obligations grecques et de difficultés de remboursements de prêts en Irlande.

Au deuxième trimestre 2010, la banque britannique avait dégagé un bénéfice avant impôt de 1,17 milliard de livres.

En matinée, la valeur reculait de 9% environ, à 28,50 pence, dans un marché en recul de plus de 2%, après avoir chuté de 12,5% à l'ouverture.

Le total des dépréciations sur mauvaises créances de la banque a atteint près de 2,3 milliards de livres, contre deux milliards au premier trimestre 2011 et 2,5 milliards au deuxième trimestre 2010.

RBS, contrôlée à 83% par l'Etat britannique depuis la crise financière, a passé une dépréciation de 733 millions de livres sur son portefeuille obligataire grec d'une valeur totale de 1,43 milliard de livres.

La banque a aussi passé une charge de 1,25 milliard de livres sur les activités de sa filiale irlandaise Ulster Bank, dont les clients sont confrontés à la chute du marché du logement, soit à peine moins que la dépréciation passée au premier trimestre sur ce même actif.

Le bénéfice a également été affecté par une provision de 850 millions de livres prise pour couvrir les coûts de remboursement de clients ayant potentiellement trop payé pour certaines polices d'assurance.

Au total, cela laisse RBS avec une perte nette de 897 millions de livres, alors que les analystes de WestLB anticipaient un déficit de 424 millions de livres. Ceux du courtier Keefe, Bruyette & Woods anticipaient une perte de 800 millions.

Ces résultats sont dans la ligne de ceux de Lloyds publiés jeudi. La banque a fait état d'une perte avant impôt de 3,25 milliards de livres, en raison notamment de pertes en Irlande.

A 28,5 pence, le cours de RBS est loin du prix de 49,9 pence payé par l'Etat britannique pour nationaliser la banque.

RBS a supprimé 27.500 emplois, notamment dans la banque d'affaires. Cette activité a été réduite : la base de clientèle tombant à 5.000 contre 26.000 avant la crise financière. RBS s'est également retirée de 12 pays.

Sudip Kar-Gupta et Steve Slater, Danielle Rouquié pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...