Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Perspectives troubles pour la chimie européenne

Marché : Perspectives troubles pour la chimie européenne

tradingsat

par Ludwig Burger et Aaron Gray-Block

FRANCFORT/AMSTERDAM (Reuters) - Les grands groupes européens de chimie ont prévenu jeudi à l'annonce de leurs résultats que la demande ralentissait dans le secteur du bâtiment, ce qui aggrave leurs problèmes liés à la hausse des prix des matières premières.

BASF, leader mondial de la chimie en termes de chiffre d'affaires, a annoncé jeudi un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes, mais prévenu que sa croissance ralentissait, ses clients écoulant leurs stocks.

"Les clients de BASF se montrent plus prudents, réduisent leurs stocks et reportent en partie leurs commandes dans l'espoir d'une possible baisse des prix", détaille le groupe allemand dans un communiqué.

Le secteur de la chimie est très dépendant des investissements très cycliques de secteurs tels que l'automobile ou le BTP, ce qui le rend d'autant plus vulnérable à un ralentissement économique.

De plus, le coût très élevé du fonctionnement de ses immenses usines fait plonger les bénéfices dès l'instant où la demande et le taux d'utilisation des capacités diminuent.

Le léger recul des prix du pétrole depuis le mois de mai a toutefois quelque peu allégé la hausse des coûts de certaines matières premières pétrochimiques.

"L'Europe semble être le plus mauvais des marchés. Nous avons été très pessimistes sur les perspectives de croissance, à supposer qu'on puisse même parler de croissance", a commenté Jan Hein de Vroe, analyste chez ING.

"Ils maintiennent tous leurs prévisions de résultats, mais ils n'étaient à la base pas très contraignants", a-t-il ajouté.

OBJECTIFS ABAISSÉS

Le belge Solvay, qui a racheté en septembre son concurrent français Rhodia, a indiqué que la demande de vinyle et de produits chimiques spécialisés avait ralenti, tout en maintenant sa prévision d'un bénéfice net en hausse sur ses activités dans les plastiques et les produits chimiques.

Rhodia a confirmé également ses propres perspectives. Le groupe français a dégagé un excédent brut d'exploitation récurrent (Rebitda) de 273 millions d'euros contre 235 millions un an auparavant. Son chiffre d'affaires est de 1,67 milliard d'euros contre 1,36 milliard un an plus tôt.

L'allemand Bayer a quant à lui indiqué que sa branche MaterialScience, qui produit le plastique transparent utilisé pour les toits panoramiques des coupés convertibles SLK de Mercedes (groupe Daimler), aurait cette année un bénéfice d'exploitation ajusté de 1,3 milliard d'euros.

Bayer prévoyait auparavant un résultat similaire à celui de l'année dernière (1,36 milliard d'euros). Le groupe a justifié cette révision à la baisse par une hausse du prix des matières premières et de l'énergie.

Bayer a toutefois confirmé ses perspectives annuelles globales et publié un résultat trimestriel meilleur que prévu grâce à une forte croissance dans les marchés émergents.

La semaine dernière, le néerlandais AkzoNobel, leader mondial des peintures, avait renoncé à son objectif de bénéfice 2011, mettant en cause le ralentissement de la croissance économique et la hausse des coûts, notamment le dioxyde de titane (TiO2), un pigment de couleur blanche.

Mardi, l'américain DuPont, qui produit du dioxyde de titane, avait annoncé un bénéfice trimestriel plus élevé que prévu.

Gregory Schwartz pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...