Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pas d'euro-obligations sans politique commune, dit berlin

Marché : Pas d'euro-obligations sans politique commune, dit berlin

Pas d'euro-obligations sans politique commune, dit berlinPas d'euro-obligations sans politique commune, dit berlin

BERLIN (Reuters) - Les pays européens ne pourront

pas emprunter au même taux d'intérêt sans politique fiscale commune, a estimé samedi le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

"Tant que nous ne mutualisons pas notre politique financière nous ne pouvons pas non plus avoir un taux d'intérêt uniforme. Les taux d'intérêt différenciés sont une incitation à avoir une économie forte ou une punition si vous la dirigez mal", a dit Wolfgang Schäuble.

"Donc, la question est, comment pouvons-nous, petit à petit, promouvoir l'intégration politique. Nous ne pouvons pas mutualiser les taux d'intérêt", a-t-il ajouté.

La création d'emprunts émis en commun par les pays de la zone euro, que certains observateurs et responsables considèrent comme l'un des remèdes possibles à la crise de la dette, a été écartée mardi par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel lors de leur rencontre à Paris.

Le chef de l'Etat français et la chancelière allemande ont néanmoins proposé un renforcement de la gouvernance économique de la zone euro et certains responsables estiment qu'ils ouvrent ainsi la voie aux euro-obligations.

L'émission d'euro-obligations coûterait des milliards d'euros à l'Allemagne chaque année, selon des calculs du ministère allemand des Finances cités par l'hebdomadaire Der Spiegel.

"La première année cela signifierait 2,5 milliards d'euros d'intérêts en plus pour le budget de Wolfgang Schäuble et la seconde année les coûts seraient deux fois plus élevés", écrit Der Spiegel dans des extraits de son enquête transmis à la presse.

Au bout de dix ans, le coût total serait de 20 à 25 milliards d'euros, selon les calculs du ministère des Finances.

Pour ces calculs, le ministère a pris l'hypothèse d'emprunts en commun à la zone euro avec un taux d'intérêt de 0,8 point plus élevé que celui des obligations allemandes.

Ce chiffre correspond au rendement des obligations émises par la Banque centrale européenne pour alimenter le Fonds européen de stabilité financière.

Matthias Sobolewski et Annika Breidthart, Clément Guillou pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...