Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pas d'amélioration des coûts de financement de madrid

Marché : Pas d'amélioration des coûts de financement de madrid

Pas d'amélioration des coûts de financement de madridPas d'amélioration des coûts de financement de madrid

par Raoul Sachs

MADRID/DUBLIN/PARIS (Reuters) - L'Espagne a émis jeudi 3,0 milliards d'euros de dette à moyen et long termes, soit le montant visé, mais elle n'est pas parvenue à améliorer ses conditions de financement, l'embellie consécutive aux avancées du dernier sommet européen dans la résolution de la crise de la zone euro s'étant dissipée.

De son côté, la France a adjugé 7,83 milliards d'euros, soit dans le haut de la fourchette annoncée (7,0-8,0 milliards), à des taux qui restent extrêmement bas.

Madrid a adjugé 750 millions d'obligations à 10 ans au taux moyen de 6,43% contre 6,04% le mois dernier. Le montant servi étant faible, le ratio de couverture est ressorti à 3,3, un niveau aussi élevé qu'en juin.

Pour l'obligation 2016, le ratio de couverture est ressorti inchangé à 2,6 pour 1,015 milliard d'euros servi, mais le taux moyen s'est également dégradé (5,536% contre 5,353%)

La lueur est venue de l'obligation dont la maturité était la plus courte.

L'obligation 2015, que le Trésor espagnol a pu abonder de 1,239 milliard d'euros, a enregistré une baisse de son taux moyen ressorti à 5,086% contre 5,457% lors de la précédente adjudication.

"Il n'y a pas de signe d'amélioration fondamentale des conditions de marché pour la dette espagnole", estime Patrick Jacq, stratégiste taux chez BNP Paribas.

"Le marché fonctionne toujours mais il n'y a toujours pas de changement du sentiment ou de la demande des investisseurs pour la dette espagnole", ajoute Peter Chatwell, stratégiste chez Crédit agricole.

Dès vendredi dernier, après la clôture du sommet européen, les taux espagnols et italiens se sont fortement détendus, passant de 6,92% et 6,19% jeudi dernier à 6,30% et 5,65% mardi pour les emprunts à 10 ans.

LE PAPIER FRANCAIS RESTE RECHERCHÉ

Mais, les effets du sommet se dissipent depuis mercredi et les taux à 10 ans espagnols et italiens remontent respectivement à 6,6% et 5,86%.

Vendredi dernier, les dirigeants européens étaient parvenus à un accord sur un pacte de croissance et sur une union bancaire qui impliquera une supervision supranationale, sous la houlette de la Banque centrale européenne, et une mutualisation du risque bancaire.

La France, quant à elle, continue de trouver grâce auprès des investisseurs au lendemain de l'annonce d'un collectif budgétaire pour 2012, premier acte économique du président socialiste François Hollande, qui réduit le déficit de l'Etat au prix d'une forte augmentation des impôts.

La demande des titres de long terme français (OAT) offert ce jeudi a atteint 18,92 milliards d'euros, ce qui donne un ratio de couverture global de 2,4. L'OAT de référence à 10 ans a concentré le gros de la demande (8,99 milliards d'euros) au taux moyen de 2,53%, un deuxième plus bas historique lors d'une adjudication, après celui du mois dernier (2,46%).

Début juin, sur le marché secondaire, le rendement à 10 ans français était tombé à un plus bas record de 2,23%.

Les taux moyens des deux autres OAT offertes, la 3,75% octobre 2019 et la 4,25% octobre 2023, se sont fortement détendus par rapport aux précédentes adjudications qui remontent à mars pour la ligne à 7 ans et à janvier pour la ligne à 12 ans.

Par ailleurs, l'Irlande est revenue sur le marché de la dette pour la première depuis qu'elle a demandé et obtenu une aide européenne et du Fonds monétaire international fin 2010.

Elle a testé prudemment le marché en offrant un montant limité (500 millions d'euros) de dette de maturité courte (des bons du Trésor à trois mois). Le rendement moyen est ressorti à 1,8%, en dessous du taux espagnol (2,25%) et le ratio de couverture s'est établi à 2,8.

Avec Paul Day à Madrid et Padraic Halpin à Dublin, édité par Gwénaëlle Barzic

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...