Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Parmalat convoque son conseil d'administration vendredi

Marché : Parmalat convoque son conseil d'administration vendredi

Parmalat convoque son conseil d'administration vendrediParmalat convoque son conseil d'administration vendredi

MILAN (Reuters) - Parmalat, le premier groupe laitier d'Italie, a convoqué son conseil d'administration vendredi 1er avril en vue de la tenue d'une nouvelle assemblée générale.

La semaine dernière, le gouvernement italien a autorisé par décret Parmalat à repousser en juin la tenue de son assemblée générale annuelle, qui était prévue du 12 au 14 avril.

Rome entend également prendre des dispositions anti-OPA pour empêcher le français Lactalis d'accroître son emprise sur Parmalat.

Lactalis a fait savoir la semaine dernière qu'il avait porté sa participation au capital de Parmalat à 29%, soit juste en dessous du seuil de 30% qui oblige à faire une offre sur la totalité du capital.

Le parquet de Milan a ouvert une enquête sur cette montée du groupe français au capital de Parmalat, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Interrogée sur ce dossier, lundi à Paris, la ministre française de l'Economie a déclaré : "Je n'ai pas du tout l'intention d'alimenter la chronique des animosités entre pays membres de l'Union européenne et je crois que nous avons tout à gagner d'un travail collectif et d'un dialogue nourri, permanent, autant que nos entreprises le font."

"Ce qui est très important de notre point de vue (...) c'est le temps: est-ce que nous sommes en face d'investisseurs de long terme ou est-ce qu'on est en face de gens qui viennent pour ramasser une marque, prendre un savoir-faire, dépecer l'entreprise et partir ?", a ajouté Christine Lagarde lors de la présentation du bilan 2010 des investissements étrangers en France.

Le groupe de confiserie Ferrero a indiqué lundi qu'il était toujours intéressé par l'idée de participer à un plan italien pour prendre le contrôle de Parmalat.

Un porte-parole de Ferrero, démentant un article de presse, a ajouté que l'entrée en vigueur d'une nouvelle législation italienne destinée à empêcher la reprise par des groupes étrangers d'entreprises considérées comme stratégiques était l'une des conditions posées à sa participation.

Le journal Il Messaggero rapportait dimanche que Ferrero avait finalement décidé de ne pas participer à un consortium visant à assurer à ce que Parmalat reste entre des mains italiennes.

L'action Parmalat a terminé en baisse de 1,01% à 2,356 euros, sous-performant l'indice sectoriel européen.

Antonella Ciancio et Giselda Vagnoni, avec Marc Angrand à Paris, Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...