Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Paris réduit son déficit et ses émissions de dette à court terme

Marché : Paris réduit son déficit et ses émissions de dette à court terme

Paris réduit son déficit et ses émissions de dette à court termeParis réduit son déficit et ses émissions de dette à court terme

par Raoul Sachs et Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - La France a revu en baisse ses prévisions d'émission de dette à court terme cette année pour tenir compte de la réduction du déficit de l'Etat prévu par le projet de loi de finances rectificative (PLFR) 2012 soumis au Conseil des ministres mercredi.

Dans un communiqué, l'Agence France Trésor (AFT), qui gère la dette de l'Etat, a précisé que l'encours de la dette court terme (BTF) serait diminué de 7,7 milliards d'euros en 2012 (soit 170 milliards en fin d'année).

En revanche, le programme d'émission de dette à moyen et long terme (BTAN et OAT) est inchangé à 178 milliards d'euros (nets des rachats). A la fin juin, ce programme a été réalisé à plus de 66%, selon les données de l'AFT.

A l'AFT, on indique que la part de la dette à court terme de la France sera abaissée en 2012 à 12,2% du total contre 13,5% en 2011.

Il ressort du PLFR, premier texte d'envergure adopté depuis l'élection du président socialiste François Hollande et la formation du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, que le besoin de financement de l'Etat a été ramené de 184 milliards (PLFR de mars 2012) à 180,3 milliards d'euros.

Ce montant comprend le déficit budgétaire (81,1 mds d'euros), le remboursement des BTAN et OAT arrivant à échéance cette année (97,9 mds d'euros) et l'amortissement de dettes reprises par l'Etat pour 1,3 milliard d'euros.

Il est couvert par les émissions de dette à moyen et long termes (178 milliards d'euros), la variation positive (2,4 milliards d'euros) du compte unique du Trésor, un encours de BTF diminué de 7,7 milliards et par d'autres ressources de trésorerie qui s'établissent à 7,9 milliards d'euros.

Ces ressources s'établissaient à 4,2 milliards d'euros dans le PLFR de mars.

Leur augmentation (soit 3,7 milliards d'euros) est due pour l'essentiel à la baisse des taux d'intérêt et aux primes encaissées par l'AFT du fait de l'adjudication de BTAN et d'OAT à des taux inférieurs dans la quasi totalité des cas au coupon offert attaché au titre.

Au cours du premier semestre, la France s'est financée au taux moyen de 2,14%, toutes maturités moyen/long termes confondues, indique-t-on à l'AFT. Si ce niveau moyen se prolonge jusqu'à la fin de l'année, il s'agira d'un taux historiquement bas, le précédent record remontant à 2010, avec un taux moyen de 2,53%.

Edité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...