Bourse > Actualités > Points de marché > Pétrole : Les cours des barils toujours très stables

Pétrole : Les cours des barils toujours très stables

tradingsat

(CercleFinance.com) - Encore et toujours la “falaise fiscale” américaine, qui incite les opérateurs à la retenue sur les marchés pétroliers. Vers 13 heures 10, la prochaine échéance du contrat sur le Brent de mer du Nord (livrable en janvier) ne savait toujours pas à quelle tendance se vouer (+ 0,02%) à 108,8 dollars, le WTI américain n'étant pas plus inspiré (+ 0,05%) à 87,9 dollars.

Certes, hier, l'Energy Information Agency américaine a fait état d'un recul des stocks commerciaux de pétrole brut aux Etats-Unis la semaine passée qui, à 371,8 millions de barils, ont baissé de 2,3 millions d'unités en huit jours. Cependant, parler de baisse est un peu excessif dans la mesure où cette 'jauge' de la demande US évolue entre 371 et 375 millions de barils, des niveaux historiquement élevés, depuis mi-octobre.

En outre et malgré l'approche de l'hiver, les stocks de distillats, catégorie qui agglomère diesel et fuel domestique, ont augmenté de 112 à 115 millions de barils. Pour ne rien arranger et même si cet indicateur est moins sensible en cette saison, les stocks d'essence se sont envolés de 204,2 à 212,1 millions d'unités.

Chez BNP Paribas CIB, on reste cependant mesuré : la hausse des stocks de distillats provient d'une augmentation de la production des raffineries, indique une note. Et dans l'absolu, le niveau des stocks de distillats est plutôt bas comparé à ceux de ces dernières années, de l'ordre de 140 à 150 millions de barils d'habitude. Le bureau d'études le souligne d'ailleurs et indique que cet état de fait, associé avec l'approche de la saison de chauffe et le besoin de remplir les cuves à fuel, pourrait tirer les prix vers le haut.

Chez Standard Bank, on s'étonne cependant que le regain de tensions au Moyen-Orient n'ait pas plus d'influence sur les cours. 'Les opérateurs se focalisent toujours sur la 'falaise fiscale' américaine' et les risques qu'elle fait potentiellement encourir à la la croissance et donc la demande US de pétrole l'année prochaine. Le sentiment est plutôt inquiet, alors que les négociations entre démocrates et républicains n'ont pas donné lieu à des avancées ces derniers jours. Or le temps presse.

De surcroît, l'indice manufacturier ISM s'est révélé décevant du côté américain. En tout état de cause, 'l'incertitude engendrée par l'issue du débat budgétaire américain semble attaquer la confiance du consommateur et des entreprises', souligne la note, ce qui ne plaide plus en faveur de l'intensification de l'activité constatée aux US ces derniers mois.


Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...