Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Paris et les bourses européennes terminent en léger recul

Marché : Paris et les bourses européennes terminent en léger recul

Paris et les bourses européennes terminent en léger reculParis et les bourses européennes terminent en léger recul

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en léger recul lundi, marquant une pause après leur envolée de la semaine dernière, avant une série d'évènements décisifs cette semaine, dont le verdict de la Cour constitutionnelle allemande concernant les fonds de sauvetage de l'Union européenne, les élections aux Pays-Bas et la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed).

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en baisse de 0,37% à 3.506,05 points. Le Footsie britannique a fini sur une note stable (-0,03%), tout comme le Dax allemand (-0,01%), tandis que l'indice paneuropéen EuroStoxx 50 a perdu 0,29%.

L'annonce jeudi dernier d'un nouveau plan de rachat d'obligations, potentiellement illimité, de la Banque centrale européenne (BCE), pourrait marquer un tournant décisif pour la crise de la dette dans la zone euro.

Mais encore faut-il que les pays en difficulté, Espagne et Italie, formulent une demande d'aide et que la Cour constitutionnelle allemande ne bloque pas le processus en rejetant, mercredi, le Mécanisme européen de stabilité (MES).

Outre la décision du tribunal de Karlsruhe, les investisseurs attendent avec impatience de savoir si la Fed va adopter de nouvelles mesures de soutien à l'économie à l'issue de sa réunion mercredi et jeudi, une hypothèse dont la possibilité a été renforcée par les chiffres décevants de l'emploi aux Etats-Unis publiés vendredi.

L'imminence des élections législatives mercredi aux Pays-Bas, où l'opinion est de plus en plus hostile à l'aide aux pays du sud de l'Europe, ainsi que le ralentissement de la croissance des exportations chinoises, ont également contribué à la prudence des marchés.

L'ensemble des valeurs cycliques et financières sont restées bien orientées, dans l'attente de l'activation du nouveau plan de rachats de la BCE et d'un nouvel assouplissement quantitatif de la Fed (QE3).

Le géant du négoce Glencore a cédé 2,13% à la Bourse de Londres après avoir exposé dans le détail son offre améliorée sur le groupe minier Xstrata.

Le secteur de l'alimentation et des boissons a signé la plus forte baisse (-1,17%), dans le sillage de Heineken, plombé par des rumeurs d'OPA de Thai Beverages sur Fraser and Neave, dont le brasseur convoite le joyau, Asia Pacific Breweries.

Sur le marché obligataire, les futures sur Bund étaient en léger recul et les rendements de la dette espagnole se retendaient légèrement, le papier à dix ans remontant de 7 points de base à 5,75%, après avoir touché un plus bas de cinq mois, et le deux ans 13 pdb à 2,95%, dans l'incertitude concernant l'attitude de Madrid.

"On a connu une bonne progression, le sentiment est positif et je pense qu'il va le rester à court terme, mais le marché surveille de près les autorités espagnoles", commente Nick Stamenkovic stratégiste chez RIA Capital Markets. "Si elles ne commencent pas à montrer une volonté de demander de l'aide (...), les marchés vont devenir de plus en plus nerveux."

Les incertitudes dans la zone euro fragilisent également la monnaie unique, qui se traite en léger recul face au dollar, à près de 1,28 dollars, mais les gains du billet vert restent limités par la perspective d'un assouplissement monétaire aux Etats-Unis.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...