Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Paris et berlin vont proposer une réforme des traités européens

Marché : Paris et berlin vont proposer une réforme des traités européens

Paris et berlin vont proposer une réforme des traités européensParis et berlin vont proposer une réforme des traités européens

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a confirmé mardi que la France et l'Allemagne proposeraient des modifications des traités européens pour permettre une plus grande discipline budgétaire au sein de la zone euro.

Intervenant devant les membres du Forum de Boao, un groupe de réflexion asiatique réuni à Paris pour discuter de coopération entre l'Asie et l'Europe, le président français a assuré que les pays de la monnaie unique faisaient de la lutte contre la crise de la dette leur priorité.

Il a rappelé les mesures déjà prises par les 17 pays membres de l'euro comme l'augmentation de la puissance de frappe du Fonds européen de stabilité financière (FESF) à 1.000 milliards d'euros grâce à un mécanisme de levier.

Il s'est félicité en outre que la Banque centrale européenne procède à des rachats de dette souveraine sur le marché secondaire "afin de permettre le bon fonctionnement des canaux de transmission de la politique monétaire dans la zone euro".

Ce faisant, il a repris à son compte la formule inventée par Jean-Claude Trichet et reprise par Mario Draghi, son successeur à la tête de la BCE, pour justifier des rachats d'obligations sur le marché secondaire afin d'empêcher une explosion des rendements de la dette des pays les plus touchés par la crise comme l'Italie.

"DISCIPLINE BUDGÉTAIRE"

Unis pour conduire la lutte contre la crise, l'Allemagne et la France, les deux grandes économies de la zone euro, divergent toutefois sur des questions comme le rôle de la BCE.

Paris, soutenu par d'autres pays, souhaiterait la voir agir comme prêteur en dernier ressort des Etats, estimant qu'elle a les moyens d'agir massivement pour enrayer la crise de confiance des investisseurs vis-à-vis des pays de la monnaie unique.

Berlin juge pour sa part que les traités européens ne lui donnent pas ce pouvoir et fait d'une réforme de ceux-ci, allant dans le sens d'une plus grande discipline budgétaire communautaire, un préalable.

Selon Nicolas Sarkozy, la France et l'Allemagne présenteront prochainement des propositions sur une telle réforme des traités européens "pour empêcher que les pays puissent diverger dans les domaines budgétaire, économique et fiscal".

Le Premier ministre français François Fillon a lui aussi jugé nécessaire une modification des traités, tout en reconnaissant que cela prendrait du temps.

"Dans l'attente d'une modification profonde des traités européens, qui est nécessaire, mais qui prendra (...) du temps, (...) seule l'union intergouvernementale très forte (...) nous permettra de résister aux coups qui ébranlent les liens que nous avons patiemment tissés depuis la seconde guerre mondiale", a-t-il dit devant les maires de France réunis en congrès à Paris.

Selon Nicolas Sarkozy, "tous les dirigeants européens sont conscients que l'euro c'est le coeur de l'Europe et que l'Europe c'est la paix". "Nous ferons tout non seulement pour défendre l'Europe mais également pour la consolider."

Le président français et la chancelière allemande Angela Merkel rencontreront jeudi à Strasbourg Mario Monti, qui vient de succéder à Silvio Berlusconi à la tête du gouvernement italien avec pour mission de mettre en oeuvre un plan de réduction de la dette du pays actuellement sous forte pression des marchés.

Jean-Baptiste Vey et Yann Le Guernigou

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...