Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Obama s'en prend aux banques et comprend les indignés de wall st

Marché : Obama s'en prend aux banques et comprend les indignés de wall st

Obama s'en prend aux banques et comprend les indignés de wall stObama s'en prend aux banques et comprend les indignés de wall st

WASHINGTON (Reuters) - Barack Obama s'en est pris aux banques, jeudi lors d'une conférence de presse à la Maison blanche, en justifiant le mécontentement populaire croissant face aux inégalités économiques.

Le président démocrate, dont l'éventuelle réélection en novembre 2012 se jouera avant tout sur la lutte contre le chômage, a souligné que les républicains comptaient en premier lieu, pour soutenir l'économie, revenir sur les mesures de régulation financière que son gouvernement s'est durement employé à faire adopter.

Barack Obama a également déclaré comprendre la frustration des "indignés" qui manifestent plusieurs jours à Wall Street et dans d'autres villes des Etats-Unis.

"Ces manifestants expriment une suspicion plus largement partagée envers la manière dont fonctionne notre système financier", a déclaré le président américain.

"On voit encore certains de ceux qui ont agi de manière irresponsable combattre les efforts pour mettre fin aux pratiques abusives", a-t-il ajouté.

Barack Obama a déclaré que sa réforme financière connue sous le nom de "Dodd-Frank" avait justement été conçue pour prévenir les abus de Wall Street. Sa façon d'insister sur le sujet laisse présager que ce thème figurera parmi les grands thèmes de sa campagne présidentielle l'an prochain.

"Pour avoir un système financier sain, il faut que les banques et autres établissements financiers se fassent concurrence sur la base du meilleur service, des meilleurs produits et du meilleur tarif", a-t-il dit.

"On ne peut se faire concurrence par le biais de commissions cachées, de pratiques trompeuses ou de cocktails de produits dérivés que personne ne comprend et qui exposent l'ensemble de l'économie à d'énormes risques. C'est pour cela que Dodd-Frank a été conçue."

Barack Obama a également regretté que les banques américaines aient récemment relevé leurs commissions, soupçonnant une pratique nécessitée par l'impossibilité d'augmenter d'autres tarifs. Ce n'est pas une "bonne pratique", a-t-il dit, et ce n'est "pas forcément juste pour les consommateurs".

Jeff Mason et Alister Bull, Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...